Archive pour janvier 2014

ça va signer !

jeudi 30 janvier2014

Le thermomètre baisse, signe indubitable que la Dive Bouteille et ses plaisirs souterrains approchent. Dimanche 2 et lundi 3, Glougueule vous attend dans les plus belles caves de Saumur* pour la prĂ©sentation en avant-première mondiale du ticheurte Mimi Fifi Glouglou, et Michel Tolmer devra pour une fois poser son verre pour dĂ©dicacer sa BD…

MFG-11-4*Caves Ackerman – 19, rue LĂ©opold Palustre 49400 SAUMUR. DĂ©gustation 10h – 18h rĂ©servĂ©e aux professionnels Ă©co-responsables qui crachent.

Et c’est pas fini, le Corto Maltese du plantage en dĂ©gustation vous donne rendez-vous aux quatre coins de l’hexagone et mĂŞme plus loin :

8 février à ROUBAIX à la librairie Autour des mots de 14h30 à 17h30,

15 février à BRUXELLES à la librairie Filigranes à partir de 17h, le lendemain au salon des Vins Libres chez Etiquette,

24 et 25 février à MONTPELLIER, invité par les Caves 41 au château de la Banquière à Mauguio,

7 mars Ă  MULHOUSE Ă  la librairie 47° Nord Ă  partir de 20h, en attendant le salon du Livre Ă  Paris, d’autres dĂ©placements Ă  Lyon, Toulouse, etc… DĂ©tails sur la page Facebook des Éditions de l’Épure.

Mimi, Fifi & Glouglou vous souhaitent une année 2014 très chaleureuse

vendredi 17 janvier2014

MFG-Voeux 2014-1-exeMFG-Voeux 2014-2-exeMFG-Voeux 2014-3-exeMFG-Voeux 2014-4-exeMFG-Voeux 2014-5-exeMFG-Voeux 2014-6-exe

Derain rayĂ© de l’AOC

mardi 14 janvier2014

Dom D

C’est un peu la même histoire qu’Olivier Cousin. Celle du vigneron qui préfère aller tailler plutôt que de se noyer dans les papiers. Trop petit pour tout décrypter. Mais trop gênant pour qu’on laisse passer.

 

 

 

Dominique Derain s’ébat sur 6 hectares (un de plus qu’Olivier Cousin !). Il est des pionniers de la biodynamie en Bourgogne (pareil qu’Olivier), bien avant que ces chinoiseries ne soient à la mode. Alors oui, il l’a souvent ouverte. Mais là, il est resté bouche bée.

 

 

 

En avril dernier, Dominique met en bouteille deux barriques de Pommard 2012 et cinq de Gevrey 2012. Le vin était bon. Ça tombait bien, il manquait de trésorerie et les clients réclamaient.

 

 

 

Entre labours et ébourgeonnage, Dominique enfume une facture de 80 Euros émanant de l’organisme qui contrôle les Appellations (il se nomme ICONE en Bourgogne). Il appelle. Il écrit. Aucune réponse jusqu’à un recommandé qui lui signifie qu’il n’est « plus habilité à produire des vins d’AOC. » Convocation devant une commission de 22 personnes. Dominique s’acquitte des 80 Euros et puisqu’il est désormais à jour, on lui dit qu’on va pouvoir le contrôler. Humour ?

 

 

 

Pas tant… ICONE débarque. Inspection de la cave. Dépeçage des papiers. Le prévenu a mis en bouteille 8 semaines avant la date inscrite sur le cahier des charges de l’Appellation. Pour Pommard et Gevrey-Chambertin, c’est juin et pas avant.

 

 

 

Dominique découvre la nouvelle règle au moment du contrôle. « On a trop de trucs compliqués à lire. On a pas le temps. Mais pour une leçon, c’est trop cher payé ! »

 

 

 

Ces 3 500 bouteilles n’auront pas droit Ă  l’AOC. Mais sur les 20 000 que le domaine produit, ces Pommard et Gevrey-Chambertin sont les plus prestigieuses. « Plus de 35% du revenu de la maison. Il n’y a pas eu de dialogue. Ceci relève plus d’acte de rĂ©pression que des principes prĂ©tendus par ICONE d’accompagnement Ă  l’Ă©laboration de vin d’AOC.

 

 

 

Si j’ai agit ainsi c’est justement pour garantir la qualitĂ© de ces vins.

 

 

 

Une telle décision peut mettre en péril le domaine déjà en situation critique dû aux volumes de récolte des 4 dernières années. Est-ce une volonté de nuire ou pur coïncidence ? Je reste défenseur des AOC et bien déterminé à continuer cette bataille.

 

 

 

Mais comme disait Mandela : « seul c’est bien difficile ». »

 

 

 

Si vous êtes Chinois et prêts à investir dans un joli domaine bien entretenu :

 

Dominique Derain <dc.derain@wanadoo.fr>

SANTÉ

lundi 6 janvier2014

sante

Pour qui sonne le glou

dimanche 5 janvier2014

A la demande gĂ©nĂ©rale après Ă©coute de l’Ă©mission « Interception » sur France-Inter, vous trouverez ci-dessous l’article Ă©crit par Sylvie Augereau en septembre 2013.

J – 15.

Le 2 octobre, on va enfin savoir Ă  quelle sauce

il faut cuisiner Olivier Cousin.

Le vigneron percera une barrique

au cas où on en manque…cousin olivier (4)


Il aura fallu deux ans pour arriver au jugement.

Le mercredi 2 octobre, on saura si le vigneron angevin est taxé ou relaxé.

Souvenez-vous (cf article Tous Cousins, http://www.glougueule.fr/2011/10/tous-cousin/), à force de jeux de mots potaches et d’insoumissions ludiques, Olivier Cousin avait fini par agacer les corporations locales.

Dans l’idée, on lui reprochait de faire du tort à son appellation en usurpant son nom, auquel il n’avait pas droit.

Dans l’absolu, il lui fait plutôt du bien en la vendant dans le monde entier.

Dans les faits, on en aura jamais autant parlé…

Une jolie campagne de com qui risque de lui coûter quelques dizaines de milliers d’Euros.

La plus grosse des charges retenues l’accuse d’avoir mentionné « Anjou-Pur-Breton » sur 4000 bouteilles alors que, comme le mentionnait l’étiquette au recto, il se revendiquait « Vin de Table ».

Dans cette sous-catégorie, l’appellation est donc interdite, ainsi que tous termes valorisants : Olivier avait aussi mentionné « domaine » alors qu’on y a pas droit.

On lui reproche encore de ne pas tenir à jour ses cahiers de cave, son administratif… une toute une nouvelle arme de papier qui étouffe consciencieusement les petits vignerons sans secrétaire…

Le 2 octobre, lendemain de son anniversaire, on saura donc si c’est sa fête.

Mais quoiqu’il arrive, il veut le célébrer : vous êtes tous invités à pique-niquer devant le tribunal d’Angers à 12h. Apportez le solide, il aura le liquide !

Et si la note est vraiment salée, nous lancerons un Cousinthon.