Archive pour avril 2013

Une belle paire de Chassagnette

vendredi 26 avril2013

Confusion des sens et des mots ou perturbation endocrinienne, j’aurais fortement tendance avec l’avènement de ce printemps à voir le mâle partout. Même si cela ne fait que quelques années que je détourne régulièrement mes vols vers le sud lorsque je croise au large d’Arles, le chaleureux accueil que nous avaient réservé Michel Miailhe et Yoann Tavarés, le jeune sommelier de La Chassagnette, me semblait sans commune mesure avec l’importance qu’ils auraient dû accorder à notre venue.

Velouté d'herbes amères

Ajoutez à cela le fait qu’ils nous faisaient inaugurer la Table de Cuisine et qu’à peine installés une bouteille emmaillotée déversa dans nos verres une jolie bulle au nez floral et frais. C’est au sourire perfide de Yoann, lorsqu’il me dit “Normalement!… Tu devrais trouver!” que j’ai senti comme un vent de conspiration. Cette mise en examen public devant ma fiancée, mon associé et un couple d’amis avait de quoi me tournebouler. J’allais devoir révéler à ma promise, en présence de tiers, que tous ces voyages d’études en terres vigneronnes n’avaient abouti qu’à ce triste constat d’échec : l’amant à table est lamentable.

J’avais beau me triturer le bulbe, rien n’arrivait en surface, nul souvenir, nulle référence vague à laquelle me raccrocher. J’échouais. De même qu’il avait sauvé l’ami Tolmer du lynchage lors de sa précédente venue, Michel finit par me venir en aide en libérant la bouteille de sa chaussette. Une bulle japonaise. Une bulle à base de riz, le Tavarès avait raison, normalement, si j’avais été bon, j’aurais dû me souvenir que deux fois dans ma vie j’avais mis mon nez dans un verre de saké, dont on retrouvait ici les mêmes notes florales et délicates.

Bulles de riz

Vieillir ne me porte pas naturellement vers l’indulgence envers les générations montantes et je comprends mieux pourquoi les vieux finissent seuls avec leur fusil appuyé contre la roue du fauteuil. La suite me donna raison, Yoann, l’insolent, insista et tenta de soumettre à mon indéniable talent de dégustateur quelques belles bouteilles dont j’ai préféré oublier les noms, tant il était aisé de les reconnaitre, m’attachant plus particulièrement à la cuisine où mes grandes capacités d’analyste olfactif ne pouvaient être contestées. Quel régal que ce velouté d’herbes amères… filet de lisette à la nage… légumes croquants… betterave et estragon… salade façon thaï misuna et …., belles asperges … vinaigrette safranée, yaourt de chèvre, roquette sauvage, agneau, carottes ……, poireaux crayons, …piment, citronnelle, etc…. Il me revient le souvenir d’un excellent repas avec en finale, pour garder une belle bouche fraiche, un champagne rosé de La Closerie au mieux de sa forme, tout comme nous. Et que dire du service, sinon qu’outre le fait de régler une douce addition, on se sent chez les Amis, ou presque. Quoiqu’un certain ait la taquinerie à fleur de tire-bouchon. Comment s’appelle-t-il déjà ???

Les dessus de Table. La Galerie du Miam

mardi 16 avril2013

Il ne suffit pas de stocker la matière, multiplier les repas, en amonceler les photos, encore faut-il avoir du goût, et franchement ce n’était pas gagné. (suite…)

Mimi, Fifi et Glouglou – Grands discours

mercredi 10 avril2013

Mon cinquième joker.

vendredi 5 avril2013

“L4-L5 : coulés!… Si vous voulez vous en sortir, commencez par perdre 5/6 kg et après on en reparle”… Mon vétérinaire n’est plus mon ami. Hasard, les éléments féminins de ma grotte sentant arriver le printemps venaient de reprendre ce drôle de rituel, une sorte de jeûne, enfin ce truc que certains appellent “régime”. La méthode, la chrono-nutrition, était réputée non violente et efficace. Bon ben… je vais prendre ça. Donc depuis 5 semaines, je trempe des miettes de pain ensevelies sous des blocs de fromage dans mon bol dès l’aurore. Le repas commence et s’achève sur un unique plat où chaque bouchée est soigneusement mastiquée, espérant ainsi en doubler le volume. Ce genre d’expérience est vite perçue comme une punition si rien n’est prévu pour une escapade de temps en temps dans le champ d’à côté. Le tortionnaire qui a mis cette méthode au point doit bien le savoir, qui a effectivement prévu une incartade hebdomadaire. Il s’agit donc de bien choisir son dérapage, pas question de faire tourner le compteur pour une broutille, l’événement se doit d’être grandiose car rare.

J’ai donc choisi la venue dans le quartier de Mimi, car il possède un coefficient exagérateur très intéressant, ne pas le choisir aurait été une grossière erreur de casting, rien qu’à sa vue c’est le kilo assuré.  Et puis je me voyais mal lui annoncer :”Écoute! Mimi!…heeeu.. d’accord on mange ensemble mais, … je me limiterai à un filet de poisson avec une courgette bouillie et un verre d’eau” L’homme n’est pas réputé violent mais il y a des grossièretés que sa morale réprouve. Pour être bien certain de l’incidence de ma future dérive, j’avais pris soin de me peser le matin même. 84.500kg. Une socca fine et croustillante avec ce qu’il faut d’huile pour se préparer le gosier à recevoir les premières rafales de “Frileuse 2010” de la Maison Puzelat. Pour mon retour à la vie, j’avais commandé à ma fiancée un osso-buco avec carottes, céleri-rave et anchois, le tout arrosé d’un trait de citron, le gras de la moelle tempérant l’acidité de l’agrume, quelques pâtes fraiches et pour commencer le superbe Chenin 2008 du Domaine Montrieux d’Émile Hérédia. Vite englouti, j’ai eu soudainement envie du Brouilly 2010 de Georges Descombes, une confiserie pour grande personne. Un joli plateau de fromages et l’inévitable Savagnin de Jean-François Ganevat puis, pour vérifier le calage des dents de sagesse, une tarte aux pommes arrosée de ma dernière bouteille de Tout’en Bulles du Domaine Gramenon de Aubéry Mother and Son.

Et puis comme on était bien, vraiment bien, Mimi a sorti, tel un magicien, deux robustos rapportés de sa dernière visite à Raul et Fidel. Quand la soirée devient sérieuse, je fais appel aux produits de la Distillerie Cazottes et comme je possède tous ses alcools et sur plusieurs millésimes pour mes incontournables : Reine-Claude dorée et Poire Williams et puis Mauzac rose et aussi le Prunelart ainsi qu’une rarissime bouteille de marc de Mémé distillé par Laurent. Il nous aura bien fallu le temps de déguster un D4 et un Cohiba pour vérifier la remarquable évolution de ses eaux-de-vie. A peine ballonnés, nous nous sommes retirés chacun dans nos appartements et ce n’est qu’au petit matin, après ma douche, qu’une fois sur la balance j’ai pu constater ô combien dormir fait grossir. Hallucinant! J’avais pris deux kilos en six heures de sommeil. Amis! Restez vigilants, ne dormez pas trop et méfiez-vous des cures quelles qu’elles soient.

Ouverture officielle de la Boîte à Zoé

mardi 2 avril2013

Vous avez déjà eu un avant-glou de ses créations, maintenant Zoé Thouron va devenir votre came en libre accès chez Glougueule. Le talent coule dans ses veines, mais pas que. Manifestement, la donzelle évolue dans un environnement qui voit défiler de beaux flacons de ces vins naturels qu’on aime.