Archive pour octobre 2013

Véro

mercredi 30 octobre2013

Dessin vero-001 coul

La maladie, à laquelle elle tenait la dragée haute depuis des années, a emporté notre copine Véro. Ceux qui l’ont connue au Wajda, au Vin de zinc, à l’Échanson sont tristes et révoltés, comme elle, par la brièveté de la vie et se souviennent d’elle, insupportable, géniale, généreuse, hilarante ( qui n’a pas été la cible de ses railleries d’une drôlerie irrésistible, d’une invention verbale sans concurrence qui lui ont valu son surnom, “la Présidente” ? ), libre, exaspérante, courageuse, affranchie.

Véro avait le goût absolu : qu’il s’agisse d’une assiette, d’un verre de vin ou d’un vêtement, le verdict fusait à une vitesse sidérante et il mettait toujours dans le mille. Les blind-tasteurs patentés patinaient encore le nez dans leur verre qu’elle avait déjà trouvé le cépage, l’appellation, le nom du vigneron et le millésime. Au grand énervement de certains… Véro n’avait peur de personne ni de rien, sauf de l’ennui. Qu’elle tenait en respect, des nuits et des nuits à tchatcher, à rigoler et à se foutre de tout le monde. Inimaginable de penser qu’on ne l’entendra plus éclater de rire. Nous pensons très fort à Denise, Thierry et Baptiste.

Les obsèques auront lieu demain jeudi 31 octobre, cérémonie à 15 h à l’église Notre-Dame des Champs (Paris VIe) et inhumation à 16h30 au cimetière de Vaugirard.

Mimi, Fifi & Glouglou aujourd’hui en librairie

mardi 22 octobre2013

Les aventures de Mimi, Fifi & Glouglou enfin sur papier ! 96 pages pour apprendre tout ce qu’il ne faut pas savoir en dégustation. Un album sans sulfites, sans pesticides, mais avec une petite poire de Cazottes à la fin.

Couverture MFG-RVB

” A l’heure où des émissions comme Cash Investigation, Envoyé Spécial, Zone Interdite fleurissent sur nos écrans, il serait bon de rappeler à tous ces surfeurs brillantinés, installés de fraiche date sur la vague de l’investigation, qu’il y a bien longtemps, Sabine Bucquet des Editions de l’Epure avait missionné Michel Tolmer pour une enquête en immersion totale dans le monde du vin.
Malheureusement, le responsable du département “Enquêtes Sensibles”, par un jour de tempête, a chaviré la boîte qui renfermait les fiches des agents en mission. Ce n’est qu’à l’occasion du dernier grand ménage de printemps que celle de l’enquêteur Tolmer Michel a été retrouvée sous la corbeille des “dossiers urgents”. Coupé de sa base, en parfait soldat, celui-ci avait poursuivi sa mission.
Vous avez entre les mains la synthèse de plus de 20 ans d’enquête, Michel s’étant attaché plus particulièrement à l’art de la dégustation. Multipliant les expériences afin de conforter son jugement, sachant qu’en ce domaine règnent les plus beaux escrocs dans tout l’Empire de Bacchus. ”

Phil Keno, Villié-Morgon Herald

Nice : un couple de Gallois, victimes collatérales d’un rendez-vous manqué.

lundi 14 octobre2013

 

Il est vrai que ces pauvres Gallois n’y étaient pour rien, tranquillement installés à déguster leurs caillettes en buvant un coup de rosé, mais bon….Voilà, nous attendions depuis pas loin d’une heure une amie qui venait de m’annoncer qu’après avoir fixé jour et heure du rendez-vous, elle nous avait tout simplement oubliés. Alors c’est peu de dire que j’étais escagassé. De plus, pour lui faire plaisir, j’avais sorti du fond de ma cave deux bouteilles dont j’attendais beaucoup, et sincèrement  je ne nous voyais pas boire ces deux bouteilles en tête à tête. Pourtant Olivier, sentant le malaise qui régnait, avait tenté de faire chuter la tension en me servant une petite rasade de blanc. Installés, nous commandons nos caillettes et notre hôte nous ouvre ce Fleurie 2000 d’Yvon Métras. J’avais bien fait de fonder sur lui de grands espoirs, car c’est exactement ce que j’aime dans le gamay, intense au nez, puissant et soyeux en bouche avec une grande persistance.

L’assistance étant réduite, nous le faisons goûter aux cinq clients présents. L’avis est unanime et cela se voit dans leurs regards : c’est excellent et plus ne serait pas pour leur déplaire. Trois doivent nous quitter pour rejoindre joyeusement cette chose que l’on nomme le travail et que je suis entrain d’apprendre à oublier. Restent nos deux Gallois.  Et eux, tout comme nous, ne sont pas bousculés par l’emploi du temps. Nous leur versons les dernières gouttes, le vin s’est complétement ouvert, il est parfait. Je le sais car cela se voit dans les yeux d’Angèle, qui ne se prive pas quand la bouteille n’est pas comme elle l’attend de me faire la remarque : “Ce n’est pas la peine que tu t’entraînes autant avec tes kopins, si tu n’es pas fichu d’ouvrir les bouteilles quand elles sont PARFAITES !” Et paf ! Prend ça ! Au suivant !

Sur le gâteau sablé accompagné de sa glace vanille, était-ce une prémonition, nous avions dans notre besace Les Fouchardes 2001 de Mark Angeli. Un chenin demi-sec d’une belle couleur or aux arômes subtils et à la bouche fraîche. Seuls désormais, nous invitons nos voisins gallois à notre table, distante d’un bon mètre de la leur. Freda et Eric effectuent un léger glissando, les présentations officielles se font. Retraités de Cardiff, ils ont trouvés La Part des Anges sur le net en se fiant à l’avis d’internautes amateurs de bons vins et de convivialité. L’occasion de triturer l’anglais m’étant rarement offerte, j’en profite allégrement pour lui faire subir d’horribles outrages, tentant même de faire de l’humour.

C’est là que j’ai noté que nous avions à faire à des gens charmants. Ils se sont esclaffés. Après quelques refus de pure forme, Freda et Eric nous ont bien aidés à finir cette très belle bouteille. Nous nous sommes quittés après avoir échangé boîtes mail en nous promettant de nous revoir très bientôt. Me reste à convaincre ma chère Méditerranéenne qu’une eau ruisselant en permanence sur son beau visage ne peut être que bénéfique à son teint.

Y’a plus de saison.

mardi 8 octobre2013

sapin

Mimi, Fifi et Glouglou, les enfants du vin sont nés !

mercredi 2 octobre2013

 

 Mimi Fifi et Glouglou ont été accouchés hier grâce aux mains expertes de l’imprimerie Art & Caractère à Lavaur (Tarn). Quelle émotion! Moi, qui ne suis que le parrain, j’ai un mal fou à m’en remettre. Non pas que le père ait atteint la date limite de fraicheur pour se reproduire, mais se retrouver père, la cinquantaine arrivée, et de plus, de triplés.  Mais ce qui est incroyable, c’est que nul ne se soit soit rendu compte de rien, et là je pense plus particulièrement aux patrons de bars à vins parisiens, qui auraient dû, s’ils avaient fait correctement leur travail, surveiller l’évolution du petit renflement abdominal dont était depuis un bon moment affecté Michel Tolmer. Une gestation de 24 mois a de quoi en leurrer quelques uns. Je tiens aussi à féliciter chaleureusement Sabine, des Editions de l’Epure, qui a pleinement rempli son rôle de sage-femme et aura su accompagner tout au long de ce parcours le futur père. Il est prévu que Michel et les enfants quittent la maternité le 22 octobre pour s’installer durablement dans toutes les bonnes librairies.