Archive pour juin 2014

Faites de la Musique! D’accord mais apr√®s ne venez pas vous plaindre.

lundi 23 juin2014

Pas trop chaud, petite brise, le jasmin de la tonnelle en bout de course balan√ßait ses derni√®res effluves, un petit train de c√ītelettes d’agneau de Sisteron est venu stationner sur l’√©tal de mon boucher, une ratatouille froide que ma fianc√©e m’a apprise √† faire, l√©gume par l√©gume, un roquefort “le vieux berger”, une tomme fraiche de l’arri√®re-pays, un saint f√©licien cr√©meux. Vers midi sont arriv√©s les autres membres du quintette, chacun ayant bien pris soin d’apporter sa partition favorite. Petits farcis ni√ßois, anchois de Collioure en saumure, dessal√©s puis noy√©s dans l’huile d’olive pour finir langoureusement allong√©s sur une tartine grill√©e frott√©e √† l’ail et une petite tarte aux fraises de Carros. Mais au moment d’entamer le concert nous nous sommes rendus compte que nous ne savions pas chanter, alors nous avons siffl√©.

MUuuZziquEee

N’oublions jamais.

A noter que ne figurent pas sur la photo quelques retardataires occup√©es √† se rafraichir la frimousse au lavoir, dont Trinquette 2008 de La Petite Baigneuse, Banyuls R√©serva de La Tour Vieille, Tout’en Bulles de Gramenon. Et puis tout compte fait je crois que nous avons chant√©, car il n’y a aucune raison de ne pas profiter de cette journ√©e pour l√©galement crier tout l’amour que l’on porte √† ses voisins.

 

Chacun sa trace

lundi 23 juin2014

L’excès de confiance est un peu ce qui pourrait me caractériser, si je devais absolument me trouver un défaut.

C’est en transf√©rant vers mon ordinateur la derni√®re moisson de photos que je me suis pos√© la question de ce que pouvait bien repr√©senter celle-ci ? O√Ļ avait-elle √©t√© prise ? √Čtait-ce vraiment par moi ? Apr√®s quel effort ? Dans quelle maison de retraite ? Enfin, pour tout dire, elle m’interloqua profond√©ment. Inutile de faire appel √† un sp√©cialiste pour acc√©der au cŇďur de la m√©moire vive de mon disque dur pour en extraire quoi que ce soit. Je doute en avoir jamais poss√©d√© un, et quant √† sa texture, j’opterais pour la m√™me mati√®re que les montres de Salvador Dali.

C’est le hasard qui m’a mis sur la voie. Ce matin j’avais d√©cid√© de m’habiller l√©ger, guilleret, couleurs printemps, cacato√®s rectifieraient certains, toujours est-il que je retrouvai, juste sur la cuisse droite, l√† o√Ļ saille chez moi ce magnifique grand couturier, muscle somptueux tout en longueur acquis gr√Ęce √† la pratique au plus haut niveau d√©partemental du tennis de table – oui, tennis de table, √† ce niveau on ne parle plus de ping-pong , format plein √©cran, une tache d’une couleur identique, mon neurone spectrom√®tre confirma apr√®s une br√®ve analyse de la texture qu’il s’agissait d’un agglom√©rat de foie de cochon noir de la vall√©e de l’Esteron agr√©ment√© d’une sauce aux c√©bettes et r√©glisse, analyse confirm√©e √† la d√©gustation.

C’est l’ami Christophe Dufau des Bacchanales √† Vence qui nous avait gliss√© ce plat surprise au beau milieu d’un repas parfait. Quand je dis parfait, cela inclut, outre la maitrise des saveurs, le volume de chaque plat. Il n’y a rien qui m’√©nerve plus que ces exp√©riences gastronomiques o√Ļ le trait de balsamique est l√† pour masquer le vide insondable qui entoure vos ch√©tives bouch√©es. Deux petits slurps, puis faire attention avec le pain √† ne pas rayer le fond de l’assiette, enfin priez pour trouver sur son chemin un bistrot encore ouvert o√Ļ l’on accepte de vous refaire les niveaux¬† afin d’atteindre le lendemain sans faire de malaise. Heureusement pour nous Christophe Dufau est un √™tre g√©n√©reux que nos estomacs ont en tr√®s grande estime.

Les Bacchanales – 247 avenue de Provence – 06140 Vence

http://lesbacchanales.com/fr/