Archive pour mai 2015

Mimi, Fifi & Glouglou – Pur et dur

mardi 26 mai2015

MFG-109-1MFG-109-2MFG-109-3MFG-109-4MFG-109-5MFG-109-6MFG-109-7

Les Vacances de M. Goulot.

vendredi 22 mai2015

Monsieur Goulot, face à son destin, entièrement tendu vers l’avenir.

Chez un naturiste adepte inconditionnel de la marine à voile, un lever de couleurs matinal mal maitrisé, peut avoir des conséquences désastreuses, voire néfastes. Cet homme à la barre n’y avait pas pris garde. Un changement de cap intempestif et le voilà, telle la liane, son sort lié, au moins pour quelques minutes, à celui de son paquebOite. Ayons une pensée pour lui et sa compagne, qu’une forte bourrasque n’intervienne point soudainement, sa nature s’en retrouverait à jamais défigurée.

Viendez à la Librairie Torcatis le Vendredi 22 Mai à Perpignan

lundi 18 mai2015
30 Nuances de Gros Rouge

Vendredi 22 Mai à 18h – Librairie Torcatis à Perpignan

RENCONTRE AVEC Philippe Quesnot auteur de l’ouvrage
TRENTE NUANCES DE GROS ROUGE paru aux éditions de l’Épure.

VENDREDI 22 MAI A PARTIR DE 18H00 A LA LIBRAIRIE TORCATIS
Philippe Quesnot raconte ici avec truculence 30 de ses aventures et rencontres,
chacune est associée à un de ses vins de prédilection.

En présence de Vincent Cantié du domaine de LA TOUR VIEILLE
Nouvelles, contes ou chroniques, les menus récits de la collection Mise en appétit livrent autant de plaisirs de bouche que de mots d’estomac. Sous forme de souvenirs, d’anecdotes et de fictions, chaque auteur y dévoile de subtiles, drôles et émouvantes liaisons entre mots et mets. «- Pourquoi tant de magnums ? La cave est pleine ! – Parce qu’en dehors de l’immense amour que je te porte, j’aime aussi manger, boire et rire ! Même bêtement, oui, mais surtout j’adore me sentir parmi mes amis et partager ces instants qui vous feraient oublier que l’éternité vous attend au bout du chemin. Je ne suis pas vigneron de talent, ni vinificateur prodige mais je sais me tenir à table et possède un estomac tolérant, de plus je chausse du 46 et, généralement, j’affronte les bourrasques de fin de soirée en marin courageux. À la compréhension de l’univers dans sa quatrième dimension, j’ai préféré ces qualités, elles m’ont permis de vivre de belles rencontres et quelques grands moments. »

Architecture Du rable

lundi 11 mai2015

Jacques Chirac l’avait bien dit :”Le bar est en feu et nous restons accoudés au comptoir”. La planète fonce vers le néant et nous regardons dans le rétroviseur. Une des solutions passe par une approche collective, un ralentissement de la consommation et une gestion raisonnée des ressources naturelles. Consommation maitrisée et recyclage contre obsolescence programmée. Mais que n’avons nous auparavant regardé la nature et appliqué ses principes?

Au hasard, prenons la gente vigneronne et étudions bien nos sujets. Que remarquons-nous chez la plupart de nos spécimens?… Alors!?… Allez faites-un effort!… Quel est ce trait commun qui aurait fait d’eux dans la première moitié du siècle dernier des hommes respectés, admirés, pour tout dire enviés au fort potentiel de séduction?… Eh bien oui! Leur silhouette! Elle était toute en rondeur. Ils avaient déjà intégré les grands principes de l’aérodynamisme, nulle prise au vent, compris que leur corps se devait d’être parfaitement isolé. Jour après jour, ils se composaient une confortable isolation qui se devait d’être équitablement répartie afin d’éviter le redoutable pont thermique, qui peut réduire tout effort à néant si l’on n’y prend garde.

Et qu’ont fait les architectes contemporains en développant les Bâtiments Basse Consommation, sinon appliquer à nos habitations les principes que nos amis mettent en pratique au quotidien depuis des générations? Les vignerons font avancer la science et notre monde ingrat l’ignore. Mais en moi, tout au fond, subsiste un doute qui me turlupine et m’habite : “Où est la faille?” Car s’ils possèdent bien l’ensemble des éléments indispensables, et la-dessus aucun doute, pourquoi consomment-ils tant?