Archive pour octobre 2018

Si vous voulez continuer à boire…

vendredi 26 octobre2018

Notre planète va mal, les populations d’insectes ont chuté de 80% en trente ans, les oiseaux de 30% en quinze ans et la communauté des vignerons ne va guère mieux. Combien seront-ils encore demain ? Chez Glougueule, à bien y réfléchir, les insectes c’est pas trop notre truc et nous n’avons jamais reluqué les oiseaux comme pitance potentielle, ou alors les vraiment gros. Par contre les vignerons nous sont indispensables, vitaux, sans eux notre Monde n’a plus d’intérêt, nulle survie possible.

Alors si vous êtes comme nous, aidez-les en participant à l’opération Vendanges Solidaires et apportez un soutien financier, aussi minime soit-il, pas trop quand même, en vous rendant  ici sur le site de KissKissBankBank  !

 

JAUGE

mercredi 17 octobre2018

3 nouvelles affichettes Glougueule

lundi 15 octobre2018

Rien n’y fera, ni fourberies, ni vilenies, encore moins les menaces, quant aux flagorneries, nous nous gaussons (Hi! Hi!) nous n’en avons cure, notre marche en avant est inexorable, irrémédiablement enclenchée, Glougueule Editions devient incontournable, demain rien qui n’ait trait au domaine du vin, aucune nouvelle affiche ne pourront se faire sans nous. (Gniarf! Gniarf!) Bon! En attendant de dominer le Monde, nous étendons notre emprise sur les affichettes 30×40 avec la sortie de 3 nouvelles productions Tolmeriennes. Petite série, qualité d’impression, subtilité du traitement des sujets, humour délicat, tout ce que vous aimiez déjà chez nous, vous le retrouverez.

Pétillon est mort.

lundi 1 octobre2018

Je ne suis pas certain que l’exceptionnelle qualité du millésime 2018 dans le Beaujolais et le Jura suffira à me faire passer ce sale goût persistant. Le 12 avril Mimi décidait de nous pourrir la journée en quittant la scène. Sortie de Vingt en vrac, virée projetée dans le Beaujolais, pile le moment idéal pour nous plomber. Notre mannequin ne supportait pas que nous le laissions seul et allions parfaire notre formation sur le terrain sans lui. Et aujourd’hui, message d’un ami : Pétillon est mort. Arf ! Nous avions eu la chance de le rencontrer Toto et moi lors d’un repas d’étude et de synthèse durant un après-midi au Jeu de Quilles en compagnie d’une poignée de Kopins dessinateurs. Un lien s’était créé qui perdurait depuis, échange d’originaux contre du vin et chaque année nous nous souhaitions les vœux, avec le privilège à chaque fois de recevoir une carte, un dessin sur le thème du vin. L’homme était charmant et sans manière : un Pétillon Naturel.