Toto va Benais

Il y a de par notre beau pays de France d’immondes malfaisants, des chafouins méprisables, salisseurs de réputation, infâmes colporteurs de rumeurs éhontées dont l’unique but est de ternir la noble et belle figure de notre Toto National.
Même si son parcours fut chaotique et sa trajectoire sinueuse, il serait inélégant de rapporter ici ces petits tracas de la vie qui expliquent en partie certaines anomalies. Reconnaissons-lui simplement un gros gros talent et une chance insensée, car comme nous le martèle la devise « Il ne faut jamais présumer de rien », la sagesse nous le rappelle au quotidien. En l’occurrence notre camarade part de loin, Toto c’était la grosse cote début des années 60.
Remercions du fond du cœur Monsieur Tolmer père et Madame Tolmer mère d’avoir, le 11 mai 1960, pris la bonne décision. Evidente désormais, mais ô combien délicate en ces temps incertains, reculés et sombres où naquit notre ami. L’avenir ne se présentait pas sous les meilleurs auspices pour ce cher petit être. Le compte-rendu établi par la sage-femme est édifiant : “Deux de tension, à la limite du détectable, structure osseuse défaillante, conformation musculaire déficiente, la complexion de ce sujet laisse peu de place à l’optimisme, il devra de par ces caractères se limiter physiquement et se prédestiner dès le plus jeune âge à une activité professionnelle adaptée.”
Ces indicateurs, tous dans le rouge : un signe du destin. Sa vocation dès les premiers instants l’interpellait.
Ce fut tout le talent du couple Breton que de déceler chez notre ami, derrière une apparente nonchalance et cette vivacité de lémurien primesautier tant appréciée dans les soirées privées du 92, le graphiste virtuose qui sommeillait en lui n’attendant que sa rencontre avec le cabernet-franc pour laisser exploser tout son potentiel créatif.

30 ans d’histoire commune avec Catherine et Pierre Breton, mais aussi Bénédicte et Grégoire Hubau, Sylvie Augereau et Nicolas Reau, Thierry Germain, Laurent Lebled, un mur de 6m de haut pour résumer ces collaborations sur trois décennies et trois jours pour venir les apprécier dans les chais du domaine au 10 rue du Changeon à Benais, voilà qui devrait claquemurer définitivement le clapoir nauséabond de nos médisants.

2 réponses à “Toto va Benais”

  1. MALONDA Félix écrit :

    Bonjour,
    Quelle déception pour moi qui adore Michel Tolmer dit “Toto”, de ne pouvoir me rendre à Benais admirer ces 30 ans de création…..
    Où sera-t-il possible de revoir cette exposition par la suite, une tournée peut-être ????
    Bien cordialement.

    Félix

  2. Toto écrit :

    Merci Félix ! Il n’y a rien de prévu pour l’instant, mais rien d’exclu non plus. La matière de cette exposition existera toujours, elle pourra être montrée ailleurs.

Laisser un commentaire