Articles avec le tag ‘hirotake ooka’

Salon des Vignerons Ardéchois à Villeneuve de Berg, Ze Force Edicheune.

mardi 27 août2013

5 août, premier jour de vacances et direction l’Ardèche. Sortie Montélimar sud, puis Viviers et on file jusqu’au hameau du Petit Tournon à Villeneuve de Berg. Comme le salon n’est fléché que sur les cent derniers mètres, nous découvrons dans un très long premier temps la grande banlieue du village.

A Glougueule nous n’avons pas souvent l’occasion de nous faire reluire, alors pour une fois, profitons-en. C’est en 2004 qu’eut lieu la première édition de cette manifestation chez Jocelyne et Gérald Oustric au Domaine du Mazel. Nous étions venus avec dans nos valises, outre Rénato Bellamusicatchitchi, un agneau façon “Puzzle, version Tueur du Brabant”. Le Mazel assurant pour sa part le côté liquide. Sauf que le bouche à oreille avait fonctionné, et d’une vingtaine prévue initialement, nous nous étions retrouvés au moins le double. Nos magnifiques polos “Tu Peux R’Boire” faisant penser à certains que nous étions des extras venus tout exprès les servir comme leur rang l’exigeait. Cette première rencontre fut un réel succès et nous en gardons tous plus qu’un bon souvenir, avec une mention au magnum d’Ultime 1999 bu fort tard sous un ciel étoilé en compagnie de l’auteur.

Une double carrière pas facile à gérer. Heureusement notre ami est aidé par son frère.

Humoriste et vigneron, une double carrière pas facile à gérer. Heureusement notre ami est aidé par son frère qui, lui est footballeur et vigneron.

Donc pour cette Xème édition nous avons retrouvé les pionniers Gilles Azzoni et le tandem Oustric ainsi que quelques anciennes connaissances. Le niveau général des vins m’a scotché. Pas un vin de travers, que du plaisir, avec de-ci, de-là des pépites absolues. Plus particulièrement les deux frères avec un nom de joueur de foot turc et pour l’un, la tête de Max Boublil, les frères Ozil qui nous ont sorti une cuvée de syrah pure totalement libre et complètement gourmande. Premier essai transformé, ceci dit j’ai beaucoup regretté l’absence de côtes de bœuf sur leur tonneau. Autre découverte du jour : Daniel Sage. Alors là, lui, il ne s’embarrasse pas, chez lui tout était bon et j’irais jusqu’à l’excellence pour sa cuvée dont je ne me souviens plus du nom. Enfin pas vraiment, mais y en a pas beaucoup et j’ai trop aimé et puis, cela m’indisposerait fortement qu’il n’y en ait plus, uniquement parce que des abonnés de Glougueule auraient épongé le stock, alors là vraiment je n’aimerais pas ça du tout, du tout.

Max BoublilQue les autres vignerons se rassurent, si je ne parle pas d’eux et de leurs vins, la raison n’en est pas que je n’ai pas aimé mais tout simplement que ma mémoire “vive” ne m’autorise plus que vingt minutes d’autonomie d’enregistrement et comme ils sont les deux derniers que j’ai goûtés, je parle d’eux. Tant pis, n’avaient qu’à pas se trouver sur mon chemin. Bon, vivement l’année prochaine que je puisse découvrir deux autres vignerons, à moins qu’il n’y en ait plus qu’un.

L’an prochain la Fiesta aura lieu chez Andréa Calek.

Excellent présage car il est bien connu que chez le Tchèque, on boit.