BESSON on aime, Julien celui qui ingurgite, pas Eric celui qui expulse ***

emporté par la houleIl y en a qui pensent que les amitiés de comptoir ne mènent nulle part, ne sont que faux semblants, accointances ultimes de solitaires à la dérive, ne servent qu’à mettre en scène nos infinis désespoirs et nos vides affectifs, à exposer impudiquement nos manques profonds. Le zinc pour dernière escale avant d’affronter le Styx et faire provision de liquidités pour en payer la traversée. Eh bien non, pas du tout! La preuve en est, tout dernièrement était réunie en un lieu public de perdition niçois une bonne partie de l’aristocratie buvologue locale en l’honneur du départ pour la capitale de Julien BESSON.

Que dire de Julien BESSON, qui n’ait jamais été dit,….? “jJjuUulien!… JuUUuulien!.. Humm!.. JULIEN est le prototype même du jeune sommelier que nous aimerions rencontrer plus souvent, une bonne technique de base, un fort pouvoir d’improvisation et ce solide bon sens qui, lors de séances à fort pouvoir déconnatoire, le ramène toujours à bon port. “Les fondamentaux! Ne jamais oublier les fondamentaux!” devient son leitmotiv dans ces instants de turbulence.”

art of dégustation part ouaneLorsqu’il est arrivé à La Part des Anges, peu auraient misé une gourde sur son dossard; chétif , l’œil terne, le poil triste. Seul un maquignon de la trempe d’Olivier LABARDE était capable de sentir sous cette fébrile carcasse l’immense potentiel. Olivier a mis en place un protocole adapté art of dégustation part touavec séances quotidiennes de remise à niveau progressives, le matin uniquement les blancs, petite transition avec quelques rosés tendres, les rouges sont abordés uniquement l’après-midi avec les vins de garde en toute fin de journée. Grâce à ce régime strict, Julien a vite retrouvé de sa superbe, les performances ont tout de suite été là, elles se sontart of dégustation part tri enchainées redonnant le sourire à tous les actionnaires de la tontine. Sur le marché des transferts le BESSON a soudainement pris une grosse cote. Paris lui tendait les bras, attendre plus c’était rater le pactole : l’heure d’encaisser les dividendes a sonné. Il doit rejoindre d’ores et déjà l’écurie de Cyrille BORDARIER au “Verre Volé”. Gageons que le nouveau coach de notre Julien saura en tirer le meilleur parti. Car bien dirigé le BESSON atteindra aisément les sommets de la Bistrologie.

Longue et brillante carrière à toi Julien, montre à nos amis parisiens que l’école bistrotière du Sud porte en toi ses plus belles valeurs. Olivier exprime toute sa détresseEt n’oublie jamais “Tu ne boiras jamais seul !” reste gravé en lettres d’or

au frontispice de notre stade.

Photos de Bruno SCAVO

*** Ce titre magnifique m’a été offert par Monsieur TOLMER Michel.

5 réponses à “BESSON on aime, Julien celui qui ingurgite, pas Eric celui qui expulse ***”

  1. FABRICE écrit :

    Je ne connais ni le lieu, ni Julien, mais c’est un joli texte et un bel hommage.

  2. mimi écrit :

    t’es trop bon PQ !!
    je vais reboire
    tu as mis du soleil dans mon verre
    bises

  3. Juju Besson écrit :

    Merci pour ce bel hommage!! Ce fut une tres belle soirée et un grand moment d’émotion, merci a Philou pour m’avoir toujours pris en photo dans ces instants de détresse…. a très vite au Verre Volé! Ici il caille grave c’est pas la meme. Bises “Sieu Nissart per toujoù”

  4. thomas vicente écrit :

    Julien nous a maintenant rejoint au “Verre Volé”, merci de nous avoir fait parvenir cette force du sud, je commençais à me sentir seul face à la Bretagne, il est un excellent collègue et maintenant un camarade avec qui on rigole bien, pour encore un bon moment j’espère.

  5. Melanie écrit :

    Juju, tu nous manques !!!!!!!!………..

Laisser un commentaire