Nouvelles révélations de WIKIL’HIC

Des révélations dont les ondes de choc n’ont pas fini de faire tinter les Spiegelaus sont parvenues aux services spéciaux de GLOUGUEULE. Ils impliqueraient deux personnalités au parcours troubles. Notre indicateur, qui a bien évidemment voulu garder l’anonymat et fait depuis l’objet d’une protection policière, nous a confessé les faits suivants :

“Mimi dont vous connaissez partiellement la trajectoire fulgurante, tout à la fois mannequin vedette, sculpteur-buveur, pré-bougnetteur de ticheurtes, capitaine au long cours emmanché d’un long gosier et Pompon, porteur d’un joli morceau de l’histoire bistrotière parisienne, architecte-décorateur, interprète-référence du répertoire de Boby Lapointe, encyclopédiste du design, vinificateur en pays saumurois. Ces deux êtres aux vertus de malfrats se sont associés dans une entreprise d’un nouveau genre. Intuition, ruse, psychologie, résistance, méticulosité, patience : qualités des grands chasseurs de fauves au service d’une nouvelle discipline.

Quand récemment ces deux amis m’ont invité à les suivre dans une cave réputée du Bd Haussman et m’ont demandé de photographier de mythiques bouteilles dans un ordre bien précis avec mon portable, je me suis interrogé mais n’ai pas posé de questions, habitué que je suis par mon  ami corse A.A. à n’en pas poser. Puis ils m’ont expliqué que le soir même je resterai chez moi et exécuterai leurs ordres, via le mobile.

Reconstitution de la soirée.

21h : sonnerie, Mimi, ton enjoué : “Alors les mous du genou, on se retrouve en petit comité pour déguster des fonds de caves inondées?”

Deux tons plus bas : “Envoie la première!”

puis : “Ouais mais ça c’est de la gnognotte à côté de ce que Philippe nous a sorti!”

Envoi de la première photo : Substance d’Anselme SELOSSE, dégorgement 2004.

21h22 : cette fois Pompon : “Vous nous faites rire avec votre mousseux de premier communiant, nous Philippe il a envoyé Anselme, mais 98 et en magnum, alors……….!, …envoie la deuxième”.

Ultime d’Yvon METRAS 2003.

22h04 : “Décidément vous êtes toujours un gland en dessous, nous, Philippe, y mégote pas : Ultime oui! mais 99 et toujours en magnum, alors vous pouvez toujours retourner jouer dans votre cours les morveux!……….la suivante dans dix minutes !”

Afin de ne pas vous ennuyer avec  ce récit  je vais abréger et vous dire que j’ai transmis plus d’une dizaine de photos de bouteilles toutes plus désirables les unes que les autres avec leurs jolies capsules congés, avec entre autres un jéroboam de Clos Goillottes 2001 de Prieuré-Roch qui m’a tiré une larme. Dans l’énumération que les deux compères ont bien voulu me faire par la suite surnage dans ma mémoire, outre les premières citées : Poulsard 97 et Vin Jaune 89 de chez Pierre OVERNOY, Mémé de Gramenon 90, Rayas 89, Clos de Bèze 90, et puis d’autres dont je préfère oublier les noms.

03h06 dernier coup de fil : “B’alors les fafioles on f’est calmé, on cause plus?…. Hé Phli’p!.Ph’lip !…. Y disent que ta cave f’est pas mal mais qu’il serait temps d’envoyer du lourd ! P…..! Philippe t’vas pas t’laicher infulter par des demi-sels… Hé Phlip!… T’aurais-pas un petit JAYER qui pinote sans frime ?…. Aaah! Tu vois Pompon ch’tavais dit qu’y devait y en avoir!”

Fin de communication.

Renseignements pris le lendemain, la nuit s’est arrêtée vers 4h37. Ce fameux Philippe, homme fort charmant au demeurant à qui j’envoie toute mon amitié et qui sait où me joindre si besoin, outre une légère gueule de bois a eu la franche sensation de s’être laissé emporter bien au-delà de ses prévisions. Après vérification, il a bien constaté que Mimi et Pompon étaient des invités de rang 2, potentiellement 3 mais en aucun cas 6 comme ils s’avéraient avoir été traités. Il a bien senti passer le vent de l’arnaque sans toutefois en avoir recueilli les indices.”

Une réponse à “Nouvelles révélations de WIKIL’HIC”

  1. mimi écrit :

    quand je pense que mon docteur croit que je suis le regime à la lettre…!
    heureusement que les anglais ont mis ce sinistre individu sous les verrous
    on va pouvoir boire quelques quilles sans etre espionnès
    je vous embrasse tous

Laisser un commentaire