Articles avec le tag ‘vitole’

Comment conserver vos cigares ? Le Professeur Bernard P. répond en exclusivité pour Glougueule.

lundi 9 septembre2013

Depuis qu’à la déjà longue liste de mes indélicats penchants, certains de mes “amis” ont ajouté la combustion lente de feuilles de tabac amassées de façon ordonnée et cylindrique, je recherche tout enseignement susceptible d’améliorer mes faibles connaissances en ce domaine. J’ai ainsi récemment bénéficié des savants conseils de Monsieur Bernard P., rencontré en son domaine ligérien de Montsoreau. Je tombais à point nommé, le Professeur venait de tester une nouvelle méthode de réhydratation sur un magnifique sujet : double corona “Hoyo de Monterrey” issu des meilleurs terroirs cubains. Celui-ci avait passé tout un après-midi à se prélasser sur le tableau de bord de sa rutilante automobile. Autant un chien ou un enfant le supporteraient, autant notre délicat cigare n’avait-il pas du tout apprécié le traitement qui lui avait été réservé. Aux grumeaux, les grands remèdes. Monsieur Bernard eut l’idée de le ranimer en le plongeant quelque temps dans la douce moiteur d’une de ses caves troglodytes. Il en est de la cuisson des dorades coryphènes* comme du temps indispensable pour ramener un cigare à la vie, tout est question de subtile durée. Monsieur Bernard P. et notre Mimi ne sont pas amis de longue date pour rien et ont dû fréquenter les mêmes établissements. Là aussi la mesure était dépassée et ne restait comme dernière et fatale issue qu’un digne enterrement.

“Odieux de M’enterrer” est son épitaphe.

050

*voir cet article sponsorisé par Biafine, datant de décembre 2011.

https://www.glougueule.fr/2011/12/un-diner-presque-parfait/

Mission Infernale.***

lundi 2 septembre2013

 

“La valise ou le cendrier”, tel était la teneur du premier message que j’avais reçu. Croyant avoir à faire à un petit plaisantin, je n’y avais pas porté attention et n’avais pas suivi la recommandation de ma fiancée qui m’avait fortement conseillé d’avertir la maréchaussée. Mais là ce matin la découverte de ce terrible engin m’a fait frémir. L’importance de la charge, l’ingéniosité mise en œuvre pour élaborer une telle machine à tuer, la diversité dans le choix des explosifs, tout m’indique que seuls des professionnels peuvent être à l’origine de ce projet. Après une brève analyse j’ai découvert qu’il s’agirait d’un gang de Cubains qui souhaiteraient me voir partir en fumée. Les bougres n’ont pas mégoté sur les moyens. Mon embarras est grand car pour désamorcer une telle charge il va me falloir trouver des spécialistes en ce délicat domaine du déminage de vitoles. J’ai bien mon idée sur l’équipe à constituer, susceptible de m’aider dans cette délicate entreprise. Par chance ces “Raid Ader” du cigare devraient prochainement croiser dans les parages. Si je veux pouvoir les convaincre il me faudra mettre à leur disposition tout le matériel nécessaire à la réussite de cette périlleuse entreprise. D’ordinaire ils officient avec à proximité immédiate toute une panoplie de fioles et flacons contenant les pare-feu indispensables à base de chenin, pinot, syrah, gamay, chardonnay, ondenc et autres produits à ne pas mettre entre d’innocentes mains. Il ne me reste plus qu’à prier qu’ils accepteront cette infernale mission car pour eux le risque est immense de se prendre incidemment une charge collatérale.

*** Idée Originale de A.Filippi, ma volcanique fiancée.