225 Litres Parade

Christophe LORENZONI est un petit malin. Dans “petit” ne voyez aucune malice. Je l’ai connu au 20 sur 20 à Nice; et pour qui a vu Christophe, alias Coco,  à côté de Franck CARAMEL (un bon quintal de franche camaraderie), l’image qui reste en mémoire est plus proche du grand requin blanc et son rémora sillonnant le lagon que de deux boxeurs de même catégorie faisant leurs amplettes. Coco est un passionné de décoration, de meubles et en bon pragmatique qu’il est, a tout de suite eu envie de recycler ces milliers de bouteilles vides, adapter l’objet rejeté, lui redonner son lustre, sa fierté, car c’est dans le regard des autres, et uniquement là que l’on perçoit réellement l’exclusion. Qui dira le spleen de la bouteille vide. Souvenez vous de ces instants de déprime intense, ce regard vitreux au spectacle des dernières gouttes de cette bouteille tant attendue tombant dans votre verre. Et bien çà, Coco le vivait des dizaines de fois au quotidien. De voir toutes ces bouteilles tristes, Coco ne pouvait le supporter. Il réalisa donc ses premières chaises, tables, bibliothèques, lits, oreillers, canapés en bouteilles vides. Il dut vite déchanter, fragilité et inconfort mirent rapidement un terme à cette période. Nullement découragé, il reprit ses reflexions là où il les avait laissées. Et comme Coco est loin d’être une demie courge, il comprit immédiatement que le raisonnement était bon, seul le matériau n’était pas idoine. La lumière vint en regardant un épisode de cette série allemande aux cascades époustouflantes : “Inspecteur Barrick”. Voilà, tout est là, tout est dit. A l’origine était la barrique. Ses nombreux amis vignerons lui fourniraient la matière. Après il devient inutile que je vous compte sa légende tant elle est connue de tous. Ses premières pièces sont tout de suite remarquées, Philippe STARCK le supplie de rejoindre son équipe, Jean NOUVEL lui confie la conception et la réalisation de l’ensemble mobilier du petit salon privé de l’Elysèe. Aux dernières nouvelles Sonia RYKIEL lui aurait laissé carte blanche pour sa collection automne-hiver de lingeries “Maso-Chic”. Et dire qu’on l’a connu à ses tous débuts. C’est dingue! Non?

Une réponse à “225 Litres Parade”

  1. Iris écrit :

    et voilà un recycleur de barriques, qui m’avait jusque-là échappé – merci, Sylvie, de quoi faire un prochain article “barriques recyclées bis bis bis” et d’inspirer la transformation maison:-)!

Laisser un commentaire