heureusement qu’il faisait beau……..

De toute évidence ce type en instance de mutation pour que du plaisir !La Réunion avait vu et revu “Nous irons tous au paradis” et plus particulièrement la scène de l’arnaque avec la maison de campagne à pas cher, située en bout de piste d’ aéroport et proposée aux quatre kopins à vil prix un jour de grève. Eh bien nous aussi nous étions quatre et nous aussi nous avons plongé sur la bonne affaire un jour exceptionnel. Mer d’huile totale, démarrage au quart de tour, le paqueboite à la coque en plastique massif nous porta jusqu’aux Iles de Lérins sans rechigner. Il faisait trés beau. Marché conclu, à 1500€ la portion de rafiot nous accédions au statut de commandant de bord pour quelques bouchées de caviargalinette-071. Sauf que la mer est rarement d’huile; qu’une heure pour faire quelques malheureux kms et atteindre la seule destination exotique est lassant; que mon système olfactif n’est pas équipé de filtre à gazouale, qu’il est particulièrement énervant, lorsque tout le cheval du monstrueux moteur est lancé, d’être dépassé par des mômes en bouée; que l’achat d’une batterie neuve pour chaque sortie en mer devient rapidement ruineux. Malgré tout il y avait un bon côté, c’était lorsque nous partions tôt le matin; enfin dés que nous étions au complet; armés d’un solide casse-croûte nous nous dirigions vers notre unique galinette-078destination favorite. Là nous dressions la table sur le cache-moteur et  “action!”. Traditionnellement la messe se disait en blanc. Tous sont venus nous désaltérer, de la Corse à la Loire en passant par l’Alsace, mais pas la Lorraine. De belles rillettes, un joli pâté, un couteau qui coupe, une virole qui tirebouchonne à point, un bon pain, c’était bien. D’autant que nous revenions sans surpoids dés lors que la mer l’exigeait, une légère brise et illico nous expulsions les excés par dessus bord. M’enfin je me suis rapidement rendu compte que plus que la mer c’était l’appel du “boire un coup avec les copains” qui me plaisait dans cette odyssée maritime. Donc comme le prévoyait le réglement je me suis retiré de l’association en refilant gracieusement mes parts à un ami qui ne l’est plus. Il m’arrive aux oreilles quelque écho de loin en loin de cette fameuse “Galinette”, ah oui en plus le nom, j’avais oublié; j’ai calculé que depuis ce temps il m’est moins coûteux d’alimenter ma cave que d’avoir maintenu ma participation aux frais qui sont à ce point énormes qu’ils ont été soupçonnés par leurs compagnes d’entretenir une double vie.

4 réponses à “heureusement qu’il faisait beau……..”

  1. mimi écrit :

    Bien sur avec un équipage des litres
    on peut affronter tous les avis de vins fort !
    nec fluctuât ….
    je vous bises à tous.
    mimi

  2. Ferrandez écrit :

    Je sais bien que tu as le sens de la catastrophe, mais de là à poster ce récit sur Galinette le 11 septembre, le jour anniversaire de la chute d’Allende au Chili, il y a de l’exagération dans l’air et même à la surface de l’eau.
    C’est ton côté Pinochet.
    Sauf que nous, on s’ est remis de ces félonnes attaques et nous voguons toujours vers les Iles de Lérins et d’autres destinations exotiques, d’où nous ramenons des pêches miraculeuses transformées par les soins de notre ami Renato en sublimes soupes de poissons.
    Environ 6 sorties donnent une soupe pour 4 personnes.
    Ce qui suscite tout naturellement les jalousies d’esprits envieux et mesquins…
    Ce bateau, tu l’as jamais aimé.
    Tiens, c’est comme l’autre Ben avec les tours jumelles, il ne les aimait pas non plus.
    Etait-ce une raison pour les réduire en cendres?
    Est-ce une raison pour envoyer Galinette par le fond?
    Non, non et non.
    Je me réserve le droit de publier sur ce site des vues consignées dans le livre de bord, saisies au vol lors de croisières où tu étais présent, et qui témoignent, ronflement sonore à l’appui et petit filet de bave aux commissures le plaisir que t’a procuré ce frêle esquif…

  3. renato écrit :

    Je sais qu’en toutes circonstances, il faut savoir raison garder! mais devant de tels propos nous nous devons de réagir oh compagnons de la Galinette!
    Aussi, afin de guérir à jamais l’auteur de ces ignominies, je propose un soin, durant quelques après-midi, qui lui ôtera l’envie de salir des gens honorables, de porter atteinte à leur intégrité, et de colporter des ragots sournois, suintants de fiel, dans une tribune qu’il s’est créé sur mesure !

    LE BERCEAU DE JUDAS
    La victime est hissée sur la pointe acérée d’une pyramide en métal, de telle manière que son poids repose sur l’endroit choisi : anus, scrotum ou coccyx ( les deux ou trois dernières vertèbres).
    Le patient “empalé” peut être balancé. Une variante consiste à le faire chuter sur la pointe à plusieurs reprises.

    boatement votre
    renato

  4. Ferrandez écrit :

    Nous continuerons à voguer et à boire des coups en mer.
    Fluctuat nec mer biture

Laisser un commentaire