Frères de Terroirs par Jacques Ferrandez et Yves Camdeborde.

Soyons sérieux un instant, seuls les gens qui ne le connaissent pas pensent que Jacques Ferrandez a “travaillé” une année durant à suivre Yves Camdeborde sur les traces de ses fournisseurs dans tous les recoins de Notre Belle France afin de nous livrer ce premier volet de “Frères de Terroirs”, tel une étude sociologique, un carnet de voyage. Vous vous en doutez la vérité est toute autre. Depuis de nombreuses années Jacques s’entraine assidument à boire et manger dès qu’il le peut et ce pas uniquement dans la quête d’un plaisir aussi immédiat qu’intense mais dans le but inavoué de se hisser au niveau des plus grands.

Frères de Terroirs

de Jacques Ferrandez et Yves Camdeborde aux Éditions Rue de Sèvres.

Qui ne l’a pas vu prendre la roue de l’ami Franck dans la descente d’un magnum de Valette n’a aucune idée des risques qu’un buveur amateur, souhaitant passer pro, peut prendre pour ne pas se laisser distancer par LE champion régional. Dans une même journée engloutir deux fois de la daube de sanglier, Jacques l’a fait. Enchainer sur toute une semaine de monstrueux repas pantagruéliques, Jacques l’a fait. A sept heures du matin, après une nuit déjà bien arrosée dans une cave de la Rue Bréha, ouvrir une dernière bouteille avant de donner une interviouve labiophonique, ça Jacques l’a au sifflet. C’est donc fin affûté qu’en 2012, Jacques a sélectionné Yves Camdeborde, reconnaissant en lui l’homme-trainer qui saurait le hisser vers les plus beaux et enviés sommets de la Bistronomie. Le résultat est là, parfait, deux silhouettes où nul angle n’est présent, idéales pour la découpe sur papier aux ciseaux. Vauban les aurait adorés, deux forteresses imprenables, ne présentant aucune faiblesse, quelque soit l’angle d’attaque.

Frères de Terroirs de Jacques Ferrandez et Yves Camdeborde

aux Editions Rue de Sèvres.

Une réponse à “Frères de Terroirs par Jacques Ferrandez et Yves Camdeborde.”

  1. Georges HRON écrit :

    Super cher ami, mais je ne vois aucun commentaire ! J’espère que je ne suis pas le premier…

    Lors de mon prochain passage en France, il faut absolument acheter le bouquin. J’espère de le trouver à Athenaeum Beaune.

    Amicalement

    Georges

Laisser un commentaire