Des Clodoaldiens, disciples d’Attila.

Pour qui aurait vu “Sans peur et sans reproche*”, film trop méconnu de Gérard Jugnot, notre fin d’année, et plus particulièrement celle de ma cave, ne serait pas sans lui rappeler les pillages des troupes de Charles VIII parties à la fin du XVe siècle conquérir le Royaume de Naples. Le Chevalier Bellabre et son régiment profitent d’allers et retours entre Royaume de France et Italie pour piller, saccager et violer. Avec une attention plus soutenue pour le château qu’occupe Dame Jeanne. Nous avons reçu le 31 un couple de Clodoaldiens missionné par leur saint patron pour tenter d’évangéliser une troupe de mécréants devant se réunir le soir même à La Seyne sur Mer. Comme il se doit, après les avoir cueillis à la descente de l’aéroplane, nous leur avons offert le couvert.

Un, deux, trois. Allez on boit.

Viognier, grenache et chenin, dans l’ordre d’arrivée. Pas de réclamation.

De toute évidence plus que les nourritures terrestres, les liquides retiennent toutes leurs attentions. Une bouteille du Viognier 2012 des frères Lattard pour mettre les papilles sur la bonne voie, suivie d’une exceptionnelle cuvée Pascal S. 1999 de chez Gramenon pour finir sur Les Rayelles 1997 du Château Pierre Bise. L’homme me conseilla de prendre quelques précautions quant à la soirée à venir et la durée du trajet toujours incertaine. La Tour du Bon 1998, Château Moulin Pey Labrie 1992, Les Comeyres 2009 de l’Anglore, Marguerite 2010 du Domaine Ganevat, Carco rouge 2004 du Domaine Arena et Fleurie 2009 d’Yvon Métras, tout ça en magnums et pour plus de sûreté il me conseilla de compléter mon choix par l’adjonction d’un carton de 6 bouteilles sur lequel il indiqua au marqueur “en cas”. Une Dolia 2010 de Dominique Hauvette, un “Pète la soif” de JP Thévenet, une Dilettante à bulles des Breton, un Mazière de la grande époque, un Buisson Pouilleux 2009 des frères Puzelat et Victoire 2012 de Nicolas Reau. Puis comme il était prévu qu’une certaine heure venue nous nous enverrions des messages de bonheurs à venir et félicité par nuages de fumée interposés, une bouteille longue et fine de 50cl, à l’équilibre instable, qui ne rentre dans aucun carton, à base de reine-claude distillée par un ami, Laurent Cazottes, que l’on ne nomme plus.

Chardonnay, gamay et encore chenin. Passez à l'encaissement.

Chardonnay, gamay et encore chenin. Passez à l’encaissement.

Et c’est à l’heure de nous quitter, alors que nous allions, ma fiancée et moi, prendre le chemin du retour, que nos évangélistes nous demandèrent de bien vouloir les déposer à l’aéroport de Nice afin de rejoindre leur contrée d’origine sous peine d’excommunication.  Partant à 10h, la durée du trajet étant d’une heure trente, l’heure de décollage à 15h passées et n’ayant pas à enregistrer leurs bagages, que pourrions-nous faire entre 11h30 et 14h, sachant que dans le congélateur somnolaient un troupeau de boudins noirs de chez Autran? Nous avons réfléchi à leur sort avec Bel Air et Clardy 2006 d’Alice et Olivier De Moor qui nous a remis sur les rails. Pour le boudin noir, Jean Maupertuis nous a bien aidé avec La Plage 2012 qui, après un petit coup de carafe, nous a régalé. Nous avons fini en douceur avec la Grande Sélection 2005 du Domaine Richou, un chenin moelleux qui nous a porté jusqu’à 14h. Au moment des adieux l’homme m’a conseillé, vu les quantités que j’ingurgite, de prévoir des semis de printemps afin de maintenir permanent un certain nombre de bouteilles arrivées à maturité, puis il m’a béni avec le maquereau fumé de chez Raimond Lecoq que nous lui avions offert, seul stratagème pour l’éloigner de notre cave.

Les beaux poissons de Raimond.

Anguille fumée entière accompagnée de ses maquereaux.

* Rappelons que nous avons dans ce film une des plus belles répliques de tout de le cinéma français. A chaque halte Bellabre honore Dame Jeanne, d’abord bien malgré elle ensuite avec son consentement puis son enthousiasme. Alors que Dame Jeanne montre quelque tendresse à l’endroit du Chevalier Bayard, Bellabre semblant jaloux, Dame Jeanne le lui fait dans la remarque, il avoue :”On viole, on viole et on s’attache!”

Une réponse à “Des Clodoaldiens, disciples d’Attila.”

  1. CatdeGomb écrit :

    Quel accueil et quelle minutie du détail!!
    Le match retour sera Corse et sur terrain adverse …

Laisser un commentaire