Les Grands Prédateurs

En Normandie, peu de grands fauves au sommet de la hiérarchie, il en est un malgré tout, émigré sur des terres sudistes qui lors d’un passage éclair en contrées merdiques a retrouvé ses instincts primaires. Dans un premier temps, doté d’un classique appareil photo et après plusieurs vaines tentatives, afin d’en capter quelques clichés exploitables, nous avons dû installer un dispositif sophistiqué issu des technologies développées pour le sport de haut niveau, association de capteurs ultra-sensibles, rayons laser et caméras infra-rouge couplés pour parvenir à réaliser ces trois images exceptionnelles, à paraitre très prochainement dans un Spécial Géo. L’infime trace de sang à des kilomètres à la ronde parvient à attirer le Grand Blanc, chez notre phénomène, la moindre molécule de beurre le fait nuitamment sortir de sa réserve.

Le grand gâteau, sévèrement blessé.

Le grand gâteau, sévèrement blessé.

Son air bonhomme vous leurre, vous pensez avoir à faire à être nonchalant qu’il vous sera facile d’endormir et ainsi vous permettre de vous gaver de ce succulent “2000 Feuilles” de Pierre Hermé, les autres convives ayant abandonné la traque après y avoir à peine goûté en fin de repas. Son savoir de pillard nocturne lui dicte d’attendre la pénombre pour œuvrer. Posté au plus prés de sa future victime, il guette l’instant où les derniers convives encore intéressés commettront l’irrémédiable erreur de relâcher leur surveillance et telle la murène surgissant comme l’éclair hors de son repaire, il fondra sur sa proie la bave aux lèvres, muni de son appétit vorace et insatiable. Glougueule vous livre en avant-première ce document effrayant déconseillé aux âmes sensibles et enfants de moins de 10kg.

Le 2000 Feuilles agonise.

Le 2000 Feuilles agonise.

Le grand 2000 Feuilles n'y survivra pas. Le beurre s'écoule de son flanc transpercé.

Le grand 2000 Feuilles n’y survivra pas, l’aube poindra sans lui et ses délicats parfums. Le beurre s’écoule lentement de son flanc transpercé.

Et soudain, l'arme à la main, le Mimi Giganticus surgit.

Et soudain, l’arme à la main, le Mimi Giganticus surgit.

3 réponses à “Les Grands Prédateurs”

  1. Delphine écrit :

    Face à autant de souffrance beurre-sucre, je ne resterai pas les bras croisés, je vais vous dénoncer à la ligue anti-chasse (ça doit exister) ! Tu diras bien à ta cousine ce que j’en pense…
    En plus, juin-juillet-août, ne serait-ce pas le temps de laisser vivre en paix les grands gâteaux pour qu’ils se reproduisent avant les grands froids ? Manger des fruits les gars et arrêter le massacre !

  2. servant écrit :

    Pour notre Special Geo, dont je suis un des chefs de service, je le veux vivant directement sur mon bureau ! (avec ce qu’il faut pour se lubrifier le gosier)
    Bravo a votre blog que je suis tout glou…j’en profite, fibre Héraultienne oblige, et puisque nous sommes dans une semaine #toujours34, pour vous signaler, sur Puechabon une jeune équipe qui représente avec passion nos vignobles du coin, celle du Troquet…

  3. dirpauillac écrit :

    pourquoi il est tout rouge, Mimi ?

Laisser un commentaire