Archive pour la catégorie ‘Non glacé’

Placez votre argent chez Glougueule !

lundi 6 juillet2020

Collet de vachette pleine fleur, teinture végétale, 12,5 cm fermé, 24×15 ouvert. Deux pochettes intérieures et 4 pochettes pour cartes. 100% faite main, cette merveille a été créée par Mylène Pratt Maroquinerie pour Glougueule. En temps de crise, vous pourrez y enfermer vos derniers précieux billets, et même vide, sa beauté vous consolera.

Un trop bref fragment du temps.

mardi 2 juin2020

Rencontre au bord du lac de Charavines avec Pascal Perino et son équipe.

Sur le Sinaï, Moïse n’a pas hésité longtemps quand le Patron lui a proposé de choisir entre les Tables de la Loi et la Carte des Vins de l’Hôtel des Bains. Ce n’est pas que le barbu ne jouait plus de la gourde ou qu’il préférait se démonter l’épaule avec ses deux plaques de marbre. Non, tout simplement le parchemin bien trop long se prendrait à coup sûr dans les plis de sa robe, rendant toute descente digne improbable. Se vautrer devant ses condisciples et leur exposer son intimité, non merci, d’autant que notre prédicateur était un adepte du tout plein air et des tatouages confidentiels.
Cet extrait du Lagarde et Michard consacré aux premiers temps de la Chrétienté illustre bien l’image que je me faisais de l’Hôtel des Bains, une liste étourdissante et exhaustive imprimée sur papier bible, tant elle renfermait de références.
Toto, cet autre prosélyte, sans y être jamais allé m’avait décrit méticuleusement le lieu et confirmé l’extrême importance que nous avions de nous y rendre impérativement dès que possible par tous moyens de locomotion aériens, fluviaux ou terrestres dont nous pourrions disposer y compris par la violence la plus extrême. « Charavines c’est le St Graal disait-il, Bethléem et La Mecque réunis, pour les croyants intégristes tendance écolo que nous sommes c’est l’assurance de pratiquer notre religion et respecter ses préceptes avec une empreinte carbone réduite au minimum ».

Le salon des vignerons d’Albiez que Marcel Richaud organisait était l’occasion parfaite pour nous dévoyer. Deux heures de route nous mettraient en appétit avec une arrivée planifiée vers midi trente, idéalement pour le coup de blanc et la leçon de natation synchronisée des goujons du lac dans leur bain de friture. A la demie pile, les graviers sous les ombrages bruissaient de nos pas, on se doit d’être à l’heure à un premier rendez-vous. Détendu, le sourire aux lèvres, la mèche au vent et la sécurité du holster libérée, Pascal nous attendait prêt à dégainer le tire-bouchon. Le protocole des présentations d’usage fut escamoté au profit de chaleureuses poignées de main suivies de fraternelles embrassades, le temps était compté, il nous fallait bruler les étapes. Sans nous connaitre, nous avions la sensation confuse d’appartenir à une même famille, réunie pour le repas dominical traditionnel sous les platanes de la maison de l’ancêtre. Cinq assiettes de friture et un Château des Tours blanc atterrirent en entame suivis de deux côtes de bœuf persillées accusant chacune largement le kilo sur la bascule accompagnées de frites maison croustillantes et d’une salade, alibi choisi pour attester d’un contact avec un légume. Tout en orchestrant le service Pascal nous accompagna sur le registre du liquide, envoyant un blanc de Laurent Combier puis pour clore la rare cuvée « Parisy » assemblage de grenache et cinsault de E. Reynaud. Malheureusement deux impératifs nous entravaient le gosier depuis le début, à 17h nous devions déposer Philippe à la gare de Grenoble, puis reprendre la route jusqu’à Sisteron. Autant dire que ce repas s’était déroulé sous le haut patronage de Saint Ethylotest. D’ordinaire, lorsque nous jouons à domicile, Philippe et moi sommes capables de facilement démontrer les liens existants entre attraction terrestre et évaporation des liquides, mais là, pas question de déroger. Sages nous n’avons même pas terminé le Parisy, ce qui en d’autres circonstances aurait pu être pris pour un affront par notre hôte. Afin de nous imprégner du lieu et graver ces instants nous avons terminé par une visite complète de l’établissement en omettant la cave, c’eut été trop douloureux. Il y a des rencontres qui ne devraient se faire que dans la durée, sur le temps long, seule l’heure d’arrivée serait connue. Peu de choses auraient alors de l’importance, ce qui se fera la prochaine fois, qu’aucun de nous n’en doute.

Bilingue de pute

jeudi 12 mars2020

GLOUGUEULE accompagne depuis longtemps la culture LDP et notamment les grands penseurs de la dé-construction comme Bernard Pontonnier ou Jean Foillard. Désormais ce mouvement a pris une dimension internationale, il est donc temps pour nous de s’exprimer aussi en anglais, en témoignent ces deux affiches qui célèbrent le vin naturel en version bi-langue de pute. Tough love!

 

Affichette 30×45 cm sur Rivoli blanc 160g

 

 

Affichette 30×45 cm sur Rivoli blanc 160g

 

Deux-mille vingt voeux

dimanche 19 janvier2020

Cette année Glougueule vous offre 2020 bouteilles, à consommer comme bon vous semblera.
1515 litres à répartir à votre guise, 29 par semaine ou un verre toutes les heures…

You’ll never drink alone!

vendredi 12 avril2019

Le temps ne fait rien à l’affaire. Les mois ont passé et ce qui au début aurait pu passer pour simple négligence amicale atteste désormais d’un manque de savoir-vivre certain. Il va falloir s’y faire, tu ne reviendras pas.
Tu as beau t’être fait la malle en loucedé comme à ton accoutumée, petit bout par petit bout cette fois, version pièces détachées, ton absence se remarque chez les amis, ton fauteuil reste vacant, une déshérence remarquée dans le mannequinat Glougueulesque, nul repreneur, personne à la barre.
Il y a un an avec ma fiancée, nous prenions le café, prêts à tailler la route pour te rendre visite, le panier rempli de victuailles, assemblage subtil de gras et gamays recommandés par notre faculté quand nous avons appris que tu avais décidé de quitter définitivement la Seyne. Du coup nous avons tout mangé et bu en ton honneur, ne doutant pas qu’être soutenu sur Terre par un tel comité t’assurerait une place de choix à la droite du bistrotier céleste.
C’était aussi mon jour de gloire, la sortie nationale de « Vingt en Vrac » deuxième tome de mon encyclopédie thématique « De l’Art de paraitre sçavant en toutes circoinstances » me procurait auprès de ma fiancée l’aura dont je rêvais. Enamourée, les yeux embués, elle faillit ce jour-là accéder à mon éternelle demande.
De méchantes langues avancent que tu aurais préféré décéder plutôt que d’avoir à avaler telle purge littéraire ? Je ne peux le croire.
Voilà ! Cela fait un an et je suis seul dans le train qui m’emmène à la capitale, personne avec qui partager mon pâté de tête, les beignets de châtaigne, le figatelli, pas de Dilettante de l’ami Pierrot sur la tablette, j’ai perdu mon partenaire de virée en terres vigneronnes.
Ton absence me pousse vers une sobriété non désirée ni consentie, rude épreuve pour qui s’est fait tatouer sur le torse « You’ll never drink alone » après avoir entendu, mal m’assure t-on, les chœurs de Liverpool entonner ce chant dans le stade d’Anfield Road.

Moulin Pey Labrie, un salon comme une colonie de vacances.

Le printemps s’annonce précoce et prolifique.

lundi 4 mars2019

Pour fêter l’arrivée du printemps et celle des petits coups de blancs sous la tonnelle, Glougueule réédite en 50 x 70 l’affiche des Jajalogues qui accompagnait le premier numéro de 12°5, sort la version papier  de « Pommard m’a tuer » qui a largement participé à notre succès et à la fortune de Jacques Ferrandez, dit « D’Jack » alias « Grofé », et le taulier nous livre sa version de la diète à prix d’or, ma version idyllique du restaurant.

 

GLOUGUEULE a un peu ramé pour vous adresser ses vœux pour 2019

lundi 28 janvier2019

 

À l’heure des grands choix pour sauver notre civilisation, GLOUGUEULE opte pour un mode de propulsion révolutionnaire qui nous mènera sans encombre aux rives de 2020. Embarquez avec nous, il reste de la place !

Le combat des ceps

mardi 18 décembre2018

Chez Glougueule faut pas croire, on est modernes. Notre lenteur n’est qu’apparente et notre côté désuet, le vestige d’un trop subtil raffinement. On se méprend, et ce, jusque dans les plus hautes sphères, nous restons sensibles aux tendances, à l’affût de l’air du temps. La défense de la cause animale par exemple. Depuis très longtemps nous nous sommes engagés pour des cuissons basse température qui respectent la viande et nous sommes prêts à aller plus loin, comme en témoignent ces ré-éditions d’affiches de tauromachie végétale, un petit pas vers le véganisme qui vise à concilier tradition et modernité.

JAUGE

mercredi 17 octobre2018

Quatre fois du neuf

jeudi 19 avril2018

Et hop ! Glougueule sort 4 nouvelles affiches petit format (30×40 cm) pour affrioler les murs de votre saoulodrome favori !