Pour une radicalisation du journalisme d’investigation

Parmi les livres que je n’ai pas lus, “Le quai de Ouistreham” de Florence Aubenas est sans nul doute celui qui m’a le plus marqu√©. Avec courage, cette journaliste aborde les probl√®mes du ch√īmage et des sans-emplois √† la recherche de toute activit√© pour survivre.

Cette difficile exp√©rience, ma fianc√©e et moi l’avons v√©cue r√©cemment √† Ste Radegonde des Pommiers. Aux aurores, d√®s 8h30, nous √©tions √† pied d‚ÄôŇďuvre. Le patron avec des abdominaux √† bascule, dont le nom me rappelle un ancien humoriste de la t√©l√©vision,¬† nous donne les consignes √† respecter. Habilement grim√©s, nous nous fondons parmi la douzaine de vendangeurs. Quinze rangs de sauvignon pour quatorze vendangeurs, je me propose au poste de compteur de rangs. Malheureusement ce poste n’existe pas encore (en parler √† Bruxelles).

La compagne du chef m’entaille profond√©ment le doigt √† l’aide d’un de ces outils maudits appel√©s s√©cateur – voir photo – j’envisage un instant une action en justice et un rapatriement sanitaire (renforcer la l√©gislation sur les conditions de travail des saisonniers itin√©rants n√©s au S√©n√©gal)¬† Apr√®s deux heures d’un travail infernal et dangereux entrecoup√© de longues pauses forc√©es dues √† une pluie fine et cinglante, nous regagnons le chai, o√Ļ l’on retrouve le chef accapar√© par son travail : surveiller le jus qui coule du pressoir. “Alors Monk√©no √ßataplu ?” me lance-t-il quand nous parvenons √† sa hauteur. Ang√®le, ma promise, pense qu’il nous a reconnus, ce dont je la dissuade. Il a dit “Monk√©no” et non “K√©no”, c’est bien qu’il y a erreur sur la personne.

Il est midi, notre exp√©rience touche √† sa fin, le sentiment du devoir accompli pr√©domine. Il me semble que nous avons bien investigu√© et que dor√©navant, nous pourrons lors de nos soir√©es diapositives ajouter fi√®rement ce th√®me des vendanges √† la liste d√©j√† longue des conversations √† aborder avec nos amis. “Ah au fait! Le nom de ce vigneron dont l’homonyme passait √† la t√©l√©vision, ce n’est ni Jacques Martin, ni Jean Roucas,¬† ni Collaro… Oui c’est √ßa ! Nicolas Reau !”

Clos des Treilles – 1 Rue Pompois – Ste Radegonde des Pommiers –¬† Tel : 05 49 67 77 08

Tags : , , , , , , ,

3 r√©ponses √† “Pour une radicalisation du journalisme d’investigation”

  1. laurentmoure √©crit :

    Excellent article d’investigation, m√™me s’il n’y a pas d’information. Merci, encore une fois Glougueule m’offre un moment d’amour. Vous √™tes les meilleurs.

  2. MONIQUE √©crit :

    A chacun son m√©tier…
    Bisous
    Monique

  3. Balthazar √©crit :

    Oui, moi pareil. Mais en pire pour le chenin. Le rude ce sont les discussions √† table : Proust, C√©line, gnose, dieu, alcool de poire ! Et rien sur la couverture de T√©l√© Z qui m’avait pourtant bien int√©ress√©.

Laisser un commentaire