Back to top

Comme un vol de criquets.

philippe 3 juin 2015 2 comments
Une première approche.

Une première approche.

Avec le printemps, revient le temps maudit des premières invasions d’insectes et avec parmi eux, bien masqués par des lunettes pour releveurs de compteurs de la Rue St Denis, des touristes plus ou moins honnêtes. Ils sont souvent le produit de grandes villes où ils prolifèrent en bans serrés mais dans notre cas d’espèce, il s’agit d’un couple, têtes de pont, annonciateur des prochaines grandes catastrophes insulaires. Chapeautés de panama, l’autochtone n’a aucun problème pour les tracer, il lui faut toutefois rester vigilant et les garder en permanence dans le champ du viseur. J’ai eu l’occasion dimanche dernier d’assister à une tentative grossière de vol de piquets en châtaignier par deux de ces malfrats. Heureusement Antoine Arena les avait à l’œil, assisté de Christophe Talon, ils ont réussi à déjouer facilement le piètre plan de ces deux pinzuti de seconde zone.

Ce ne sera pas facile.

Ce ne sera pas facile.

La technique est simpliste : j’engage la conversation avec le vigneron sur son travail récent de démaquisage en vue de planter du vermentino sur cette superbe parcelle plein sud, en haut de laquelle on aperçoit la mer, et pendant que je lui parle, je pose la main sur le piquet convoité, je le teste discrètement pour avoir une idée de sa résistance à l’arrachement et au moment opportun, en partant je le collerai sous mon bras comme si de rien n’était et je prends rendez-vous pour une autre visite le lendemain sous un faux nom et je changerai de lunettes afin de berner le vigneron. Quant à la caillasse, je crains que ce ne soit un peu plus compliqué? Cet air goguenard qu’ils affichent me laisse à penser qu’ils nous ont peut-être dans le collimateur ???

Antoine et Christophe, attentifs, surveillent les deux pieds nickelés.

Antoine et Christophe, attentifs, surveillent les deux pieds nickelés.

Author avatar

philippe

https://www.glougueule.fr
Afin d'accéder à l'aristocratie épicière, Philippe QUESNOT, alias PQ, suivra des études de grouillot en architecture et béton armé durant environ une quatorzaine d'années entre Paris, Evreux et Nice. Se sentant mûr pour se lancer dans la carrière qu'il a toujours voulu embrasser, il décide de créer, en partenariat avec un de ses anciens collègues, un complexe épicier qui tiendra à la fois du bazar, du foutoir et surtout dans 70m². Ce n'est que sur le tard, après sa rencontre avec Sylvie AUGEREAU et Michel TOLMER qu'il participera à cette magnifique aventure qu'est GLOUGUEULE. Dans un premier temps pressenti pour le Nobel de la Paix, il lui sera préféré qui vous savez. Le consortium tentaculaire de l'industrie du rire ne lui a toujours pas pardonné sa liberté de ton, souvent sarcastique et surtout la subtile alchimie de son humour si fin et léger qu'il sait si facilement mettre en œuvre pour notre plus grand bonheur.

2 comments

  1. JHL

    L’ordure doit être daltonien: chemise bleu ciel dans paysage vert, repérable ! Prendre des corses pour des handicapés, c’est pas beau.

  2. Francois Vo

    Il a une gueule tout de même ce Patrimoniesque viticulteur. Vous a t il fait rencontrer ses ânes ?
    Ce sont des ânes de garde, ils veillent sur les parcelles Carco, Grotte et Morta Majo…
    Francois.

Post a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Contact aux heures décentes

    • Tél. : +33 (0)6 11 23 16 30
    • Adresse :
      GLOUGUEULE - Quesnot Philippe
      21 Avenue des Genêts – 06520 MAGAGNOSC
  • Nous acceptons :

  • S'abonner GRATUITEMENT aux articles:

2024 © Glougueule + Michel Tolmer + Philippe Quesnot - Toute reproduction interdite
Notre site utilise des cookies sans gluten.