Archive pour janvier 2009

Aaaaaaargggggggghhhhh !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

vendredi 30 janvier2009

Je voulais vous conter par le menu cette belle journèe en Lorraine. Vous décrire les plats, les effluves de truffe, la chair tendre et juteuse des châpons, la suavité de cette Mémé 2003 de Michèle AUBERY en magnum avec, peut-être, un léger résiduel, cet autre magnum d’Ultime 2006 d’Yvon METRAS, que j’aurais ouvert bien à l’avance, car j’aurais pensé qu’il était un peu tôt pour l’ouvrir mais que le propriétaire des lieux voulant nous faire plaisir aurait insisté pour qu’on lui “casse la gueule” quand même. Ce Chambolle-Musigny 2004 de GROFFIER, ces Comtes LAFONT 1990 et des vins que l’on a moins l’habitude de boire : Vieilles Vignes 1999 de Langlois-Chateau à Saumur, un champagne de Benoit LAHAYE que je n’aurais pas connu du tout. On serait revenu aux fondamentaux de notre jeu avec La Closerie de Jérome PREVOST. Je me serais tapé la tête de contentement à la vue du Vin d’Autan 2005 de l’Ami PLAGEOLES. Je me serais gavé de cette magnifique tarte aux pommes dorée à point, à la pâte croustillante, là un autre ami aurait dit : “C’est le moment d’ouvrir les Rouannières (de Claude PAPIN du Chateau Pierre-Bise), çà devrait l’faire” . Alors pour me la péter un peu, mais juste un peu, j’aurais dit sur un ton de fin connaisseur “Ah P…!  les Rouannières quand tu leur mets une bonne dizaine d’annèes, c’est trop bon. Les 95 et 97 c’est à tomber à la renverse!”. Déjà légérement rôtis mes camarades n’auraient même rien dit. Repus les bienheureux nous aurions déplacé doucement nos petites miches jusque dans les profonds fauteuils et canapés pour dégoupiller Cohiba et Roméo et Juliette, accompagnés de JM, rhum martiniquais de la famille CRASSOUS DE MEDEUIL. Anne, la maitresse de maison, à qui j’aurais demandé fort poliment s’il était possible d’avoir un café avant d’attaquer la séance calumet, m’aurait indiqué le plus court chemin pour aller en Grèce. Le temps d’apprécier ces oeuvres d’art éphémères nous aurions devisé tels de grands philosophes pratiquant un humour fin,subtil et décalé. Nous aurions évoqué la mémoire du marseillais Joseph PUJOL, le grandissime pétomane et celle de Jean-Claude REMOLEUX qui a permis notre rencontre. Sans y prendre garde l’heure de se remettre à table serait arrivée. Tous d’accord pour passer cette soirèe ensemble nous aurions opté pour une cuisine simple : Soupe de potirons aux truffes et oeufs brouillés aux…..aux quoi? .. oui, aux truffes. Puis nous nous serions séparés vers minuit, un peu pâteux, mais tellement contents de cette splendide journèe. J’aurais pu effectivement vous raconter tout ça, mais je ne le ferai pas car tout ceci s’est passé à Nancy, et dans son infinie sagesse Le Grand Ordonnateur de l’Univers a mis Nancy loin de Nice. Mais çà aurait pu et j’aurais vraiment bien aimé.   AAAAaaaaaagggggggghhhhhhhhhhhh!!!!!!!!!!!!!

Athlète de cuvée

mercredi 28 janvier2009

A peine un mois avant la Dive,

il n’est que temps de soigner sa préparation

pour figurer dignement dans les lit’

Il y a encore des boissons sauvages dans la Loire

mardi 27 janvier2009

Il y en a même de plus en plus, à pêcher à Angers dimanche aux

Greniers Saint Jean et de lundi à mercredi au Salon des Vins de Loire.

La Madura, viens nous servir à boire!

mardi 27 janvier2009

Il faut le dire très haut,

les vins du domaine La Madura

sont une source de plaisirs raffinés et surprenants,

puisque cette cuvée de blanc

est issue de sauvignon,

qu’elle est produite dans la région

de St Chinian,

et qu’elle est d’une fraîcheur remarquable.

La cuvée “classic”, déjà éclatante,

n’est que la petite soeur du “Grand Vin”,

capable de tutoyer un tagine de poulet aux citrons confits avec bonheur.

Même dualité et même qualité en rouge.

225 Litres Parade

lundi 26 janvier2009

Christophe LORENZONI est un petit malin. Dans “petit” ne voyez aucune malice. Je l’ai connu au 20 sur 20 à Nice; et pour qui a vu Christophe, alias Coco,  à côté de Franck CARAMEL (un bon quintal de franche camaraderie), l’image qui reste en mémoire est plus proche du grand requin blanc et son rémora sillonnant le lagon que de deux boxeurs de même catégorie faisant leurs amplettes. Coco est un passionné de décoration, de meubles et en bon pragmatique qu’il est, a tout de suite eu envie de recycler ces milliers de bouteilles vides, adapter l’objet rejeté, lui redonner son lustre, sa fierté, car c’est dans le regard des autres, et uniquement là que l’on perçoit réellement l’exclusion. Qui dira le spleen de la bouteille vide. Souvenez vous de ces instants de déprime intense, ce regard vitreux au spectacle des dernières gouttes de cette bouteille tant attendue tombant dans votre verre. Et bien çà, Coco le vivait des dizaines de fois au quotidien. De voir toutes ces bouteilles tristes, Coco ne pouvait le supporter. Il réalisa donc ses premières chaises, tables, bibliothèques, lits, oreillers, canapés en bouteilles vides. Il dut vite déchanter, fragilité et inconfort mirent rapidement un terme à cette période. Nullement découragé, il reprit ses reflexions là où il les avait laissées. Et comme Coco est loin d’être une demie courge, il comprit immédiatement que le raisonnement était bon, seul le matériau n’était pas idoine. La lumière vint en regardant un épisode de cette série allemande aux cascades époustouflantes : “Inspecteur Barrick”. Voilà, tout est là, tout est dit. A l’origine était la barrique. Ses nombreux amis vignerons lui fourniraient la matière. Après il devient inutile que je vous compte sa légende tant elle est connue de tous. Ses premières pièces sont tout de suite remarquées, Philippe STARCK le supplie de rejoindre son équipe, Jean NOUVEL lui confie la conception et la réalisation de l’ensemble mobilier du petit salon privé de l’Elysèe. Aux dernières nouvelles Sonia RYKIEL lui aurait laissé carte blanche pour sa collection automne-hiver de lingeries “Maso-Chic”. Et dire qu’on l’a connu à ses tous débuts. C’est dingue! Non?

La Dive Bouteille connait pas la crise

lundi 19 janvier2009

Dive Bouteille, 23 et 24 février, Deauville
(C.I.D, les Planches – entrée 10€)

Audrey et Christian Binner (Alsace)
Bruno Schueller (Alsace)
Hubert et Heidi Hausherr (Alsace)
Agathe Bursin (Alsace)
Corinne et Anselme Selosse (Champagne)
Hélène et Bertrand  Gauterot, Vouette Sorbée (Champagne)
Agnès et Jérôme Prévost (Champagne)
Evelyne et Pascal Clairet, la Tournelle (Jura)
Jean-François Ganevat (Jura)
Philippe Bornard (Jura)
Jean-Yves Peron (Savoie)
Jacques Maillet (Savoie)
Olivier Lelièvre, Soleyane (Bugey)
Vincent Thomas, la Chappe (Bourgogne)
Catherine Montanet, la Cadette (Bourgogne Vézelay)
Fanny Sabre (Bourgogne)
Julien Guillot, Vignes du Maynes (Bourgogne)
Cyril Alonso (Bourgogne)
Cécile et Philippe Valette (Pouilly-Fuissé)
Claire et Fabio Montrasi, les Rontets (Pouilly-Fuissé)
Philippe Jambon  (Macônnais)
Arnaud Combier (Macônnais)
Marie et Marcel Lapierre  (Beaujolais)
Jean-Claude Chanudet, Chamonard (Beaujolais)
Jean-Paul Brun, Terres Dorées (Beaujolais)
Christophe Pacalet (Beaujolais)
Nicolas Testard (Beaujolais)
Georges Descombes (Beaujolais)
Agnès et Jean Foillard (Beaujolais)
Jean-Claude Lapalu (Beaujolais)
Max Breton (Beaujolais)
François Décombe, La Haye (Bordeaux)
Isabelle Carles et Franck Pascal, Jonc Blanc (Bergerac)
Bénédicte et Grégoire Hubau, Moulin Pey-Labrie  (Fronsac)
Elian Da Ros (Marmmandais)
Jean-Marie et Cathy Le Bihan (Côtes de Duras)
Magalie Tissot et Ludovic Bonnelle, le Pech (Buzet)
Stéphanie Roussel, Lassole (cotes du Marmandais)
Mathieu Cosse, Cosse-Maisonneuve (Cahors)
Sylvaine et Michel Issaly, la Ramaye (Gaillac)
Myriam et Bernard Plageoles  (Gaillac)
Marc Penavayre, Plaisance (Fronton)
Nicolas Carmarans (Entraygues, Aveyron)
Jean-Michel Stephan (Côte-Rôtie)
Valérie et Philippe Chaume-Arnaud (Vinsobres-Rhône)
Béatrice et Hervé Souhaut, Romaneau d’Estezet (Saint-Joseph)
Marcel Richaud (Cairanne-Rhône)
Guy et Thomas Jullien, ferme St Martin (Beaumes-Rhône)
Bertrand Cortellini, Rouge Garance (Rhône)
Laurence et Antoine Joly  (Rhône)
Jérôme Jouret (Ardèche)
Andréa Calek  (Ardèche)
Gérald Oustric, le Mazel  (Ardèche)
Gilles Azzoni, la Bégude (Ardèche)
Luc Michel, Zélige-Caravent (Languedoc)
Blandine et Pierre Jéquier, Foulaquier (Pic Saint Loup)
Thierry Navarre (Saint-Chinian)
Charlotte et Jean-Baptiste Sénat (Minervois)
Nicolas Gaignon, Loup Blanc (Languedoc)
Maxime Magnon (Corbières)
Geoffroy Marchand, l’Etoile du Matin (Corbières)
Jean-Luc Chossart, Jolly-Ferriol (Roussillon)
Manuel Jorel (Roussillon)
Sylvain Saux, Péchigo (Languedoc)
Cyril Fahl, Rouge-Gorge (Roussillon)
Bruno Duchêne (Collioure)
Gyslaine et Alain Castex, Casot de Maillol (Banyuls)
Frédérique et Etienne Montès, Casenove (Roussillon)
Jean-Baptiste et Antoine-Marie Arena (Corse)
Dominique Hauvette (Baux de Provence)
Peter Fischer, Revelette (Provence)
Raimond de Villeneuve, Roquefort (Provence)
Jean-Christophe Comor, Terres Promises (Provence)
Olivier Rivière  (Rioja)
Luis Arnedo, Bodegas Lacus (Rioja)
Clémentine et Gian-Marco Antonuzi, le Coste (Italie)
Alexandra Bera (Italie)
Matthieu de Genevraye, Clos Ouvert (Chili)
Julien Frémont (cidres)
Eric Bordelet (sidres et poirés)
Laurent Cazottes (eaux de  vie)
Vinaigrerie La Guinelle (Port Vendres)

Loire
Jocelyne et Joseph Landron (Muscadet)
Marc Pesnot, la Sénéchalière (Muscadet)
Jérôme Bretaudeau, Bellevue (Muscadet)
Thierry Michon, Saint-Nicolas (Fiefs Vendéens)
Richard Leroy (Anjou)
Christine et Joël Ménard, les Sablonnettes (Anjou)
Loïc Mahé, Gué d’Orger (Savennières – Anjou)
Bruno Rochard (Anjou)
Sophie et Jérôme Saurigny (Anjou)
Benoît Courault (Anjou)
Olivier Cousin (Anjou)
Mileine et Eddy Osterlinck,Juchepie (Anjou)
Eric Dubois, Clos Cristal (Saumur-Champigny)
Sébastien Bobinet (Saumur-Champigny)
Antoine Foucault, le Collier (Saumur)
Romain Guiberteau (Saumur)
Nicolas Reau (Anjou-Chinon)
Patrick Corbineau (Touraine-Chinon)
Gérard Marula (Touraine-Chinon)
Catherine et Pierre Breton (Bourgueil-Chinon)
Lise et Bertrand Jousset (Montlouis)
François Chidaine (Montlouis-Vouvray)
Sébastien Brunet (Vouvray)
C. et D. Delecheneau, La Grange Tiphaine (Touraine-Montlouis)
Grégory Leclerc, Chahut et Prodiges (Touraine)
Thierry et J-Marie Puzelat, Tue Bœuf (Cheveny-Touraine)
Noella Morantin (Touraine)
Pascal Simonutti, le Pré Noir (Touraine)
Pascal Potaire, les Capriades (Touraine)
Isabelle et Hervé  Villemade, le Moulin (Cheverny)
Christian Venier (Touraine)
Olivier  Lemasson, les Vins comtés (Touraine)
Emile Hérédia, Montrieux (Côteaux du Vendômois)
Eric et Christine Nicolas, Bellivière (Jasnière-Ctx du Loir)
Nathalie et Christian Chaussard (Jasnière-Ctx du Loir)
Noella et Jean-Pierre Robinot, l’Ange vin (Jasnière -Ctx du Loir)
Renaud Guettier, La Grapperie (Côteaux du Loir)
Sébastien Riffault (Sancerre)
Alexandre Bain (Pouilly-Fumé)
Pierre Beauger (Côtes d’Auvergne)
Patrick  Bouju, La Bohème (Côtes d’Auvergne)
Jean Maupertuis (Côtes d’Auvergne) (suite…)

‘ard’vous!….’epos!….résentez!….Armes!

lundi 19 janvier2009

Garde à vous!

Repos!

Un dort, l’autre monte la garde.

P…..! Grorené s’est fait choper par les flics. Faut dire qu’il est encore cuit, la tête dans le caniveau.

Didier BENUREAU vous parle.

lundi 19 janvier2009

Notre correspondant Marc DEBOULJAUNE nous transmet ce petit message de santé prodigué par cet être exquisement drôle qu’est Didier BENUREAU, qui, si je ne me goure-je point, passe en ce moment à l’Olympia. Si c’est trop tard ou s’il n’y a plus de place allez voir Ged MARLON, une autre pointure. Pour CAUET vous avez TF1 et c’est trés bien, aussi.

Morteau avant minuit

dimanche 11 janvier2009

Marc, le roi de la choucroute, avait fait venir en contrebande

diverses denrées jurassiennes.

 Une petite visite en fond de cave avait permis de ramener au jour des bouteilles oubliées à dessein. Et celà tombait bien,  leur jour de boire était arrivé. Drappier Brut Nature version sans soufre pour le décrassage des papilles, en préchauffage Selosse Brut Initial. Ah! J’oubliais magnum d’Oncle Léon 2003 de Bruno Schueller en pré-précombustion. Puis avec la choucroute, un vent de douce anarchie a soufflé, Riesling Muenchberg 2003 d’Ostertag, même cépage décliné chez les Schueller, Clos St Hune 1977. Pour raffraichir, Lou Pépé 1998 de Cantillon, Jacquesson Grand Cru 2000. Reprise dessert avec le Bildstoecklé 2001 de Bruno S. Nouvelle pause pour goûter la nouvelle cuvèe de chez Gramenon : l’Elémentaire 2007. Au son du gong, narghilé et cigare pour aller vers la fin de la nuit, là où l’on peut rencontrer de vieilles bouteilles de rhum solitaires qui n’attendent que votre charmant gosier pour se précipiter vers 2009.

Les oreilles aussi.

mercredi 7 janvier2009

Si nous avons tous des amis prêts à nous ravir le gosier, il en est un mien qui me donne de la joie par d’autres orifices. Quand Madame la fée s’est penchée sur son berceau elle y a déposé un marteau, une enclume et un osselet, ses parents virent dans ces trois éléments le présage à une future grande carrière de forgeron spécialisé dans les prothéses articulaires. Pas du tout, pas du tout. William serait un des plus grands concepteurs de Haute Fidélité français. Pionnier des marques mythiques en ce domaine, dont VECTEUR, fabricant des fabuleuses enceintes Alpha Spec III, qu’elles sont trés trés belles, qu’elles font un son exceptionnel et que même j’en ai une belle paire. Eh Ouais, eh ouais!!  Car la fée n’était autre qu’Euterpe, déesse de la musique, que je confonds toujours avec Herpés. Si vous avez autant de bon goût pour les choses de l’oreille que celles de la bouche allez visiter le site de l’ami William ANDREA : http://www.mimetism.com

William Kopin !