Archive pour novembre 2013

Cerdon moi z’en encore une petite goutte!

lundi 25 novembre2013

 

La température était accablante, mais une légère brise venait malgré tout nous titiller les bas-flancs. La chasse avait été particulièrement faste et l’on entendait s’entre-choquer les bouteilles vides. Côte de Py 2004 de Jean Foillard, Riesling 2000 de Josmeyer, Tavel 2012 d’Eric Pfifferling, Banyuls 2003 de La Tour Vieille. Côté solide, un capitaine de trois belles livres accompagné de sa mayonnaise légère et d’une sauce à l’oseille puis quelques andouillettes de l’excellente Maison Thierry sur un lit d’oignons, vin blanc, crème fraiche. Toutes ces bonnes choses, en entamant leur descente, firent un malencontreux appel d’air qui subitement nous mit les muqueuses buccales dans un état de dessèchement atroce. cerdon de renardat facheC’était insupportable, j’en avais à peine fait part à mon ami, dont je préfère taire le nom afin que vous ne puissiez pas penser qu’en dehors de sculpter, manger et boire, il n’ait aucune autre activité, qu’il revenait de la cave avec sa dernière bouteille de Cerdon d’Elie et Alain Renardat-Fache. Elle se cachait depuis au moins trois ans dans un carton qui n’était pas le sien, secret de sa survie. Température parfaite, fraiche mais pas trop, la bulle fine et légère venait nous décaper le fond des mandibules, peu de sucre et surtout des arômes magnifiques de fruits à noyaux, avec plus particulièrement de la pêche blanche. Nous étions jeudi, la vie était belle et il nous restait toute une fin d’après-midi pour parler de tous nos amis. Aaah! Les jeudis L.D.P.

Mimi, Fifi & Glouglou, la tournée continue

mercredi 20 novembre2013

Mimi Fifi Glouglou_signature-2Quelques occasions de faire dédicacer un exemplaire du Petit traité de dégustation pour vos amis, votre tata ou le cousin Roger qui-aime-bien-le-bordeaux :

Mercredi 20 novembre à LA ROBE ET LE PALAIS
13, rue des Lavandières Sainte-Opportune, Paris 1er, à partir de 22h00 pour fêter l’arrivée à minuit du beaujolais.

Samedi 23 novembre au SEVERO 8, rue des plantes, Paris 14e, de 11h00 à 18h00. Dégustation/vente avec Pierre Breton (bourgueil, chinon et vouvray), Karim Vionnet (beaujolais) et le domaine de la Cadette (bourgogne Vézelay).

Dimanche 24 novembre à la librairie LE MONTE-EN-L’AIR 71, rue de Ménilmontant / 2, rue de la mare, Paris 20e, de 17h00 à 20h00. La signature sera accompagnée d’une dégustation de vins proposée par Michel MOULHERAT (ex monsieur cave de l’insolite) et de dégustations d’olives, d’huiles d’olive et de feta grecs proposées par monsieur “Profil Grec” Alessandro RALLIS.

Samedi 30 novembre à LA CAVE DES PAPILLES35, rue Daguerre, Paris 14e, de 16h00 à 20h00. Philippe Delmée et Kenji Hodgson feront goûter leurs anjous.

D’autres rendez-vous se profilent, attendez-vous à savoir…

 

Appel à toutes les voitures

vendredi 15 novembre2013

Le dernier bastion de la biodiversité viticole risque de s’écrouler. Au Domaine de Vassal, on a sauvé les cépages oubliés et des variétés inédites des plus grands cépages. Mais l’INRA doit faire des économies. Peut-être celle de la dernière chance de régénérer notre vignoble usé d’avoir trop cloné.

(suite…)

Pok’Air Liquide.

lundi 11 novembre2013

Éduquer. Accompagner plus qu’éduquer, voilà quelle était mon intention dès la naissance de mes enfants, et quand mon fils s’est intéressé au poker comme beaucoup de sa génération, je me suis dit qu’il serait possible, peut-être, de nous rapprocher un peu plus l’un de l’autre et ainsi fusionner nos passions. Voilà comment l’autre soir du côté des Rosiers sur Loire je me suis retrouvé confortablement installé avec Clément à une table en bonne compagnie.

Présentations faites, la partie s’est rapidement engagée. De toute évidence, le couple à notre gauche, que nous nommerons Sylvie et Nicolas, était un habitué et connaissait parfaitement les trois ardoises au mur sur lesquelles étaient listées les “Orphelines”. Jouer avec les Orphelines annonçait d’entrée le haut niveau de jeu auquel il fallait s’attendre. Autant il eut été facile de se constituer une main démonstrative, à la limite de l’exubérance avec la carte traditionnelle des vins de la maison, autant les orphelines laissaient présager la nécessaire possession d’un grand sang-froid allié à une parfaite connaissance des stratégies développées autour des tables professionnelles.Paire de Rougeard et Charvin, Houillon-Overnoy et Lapierre. Après tirage au sort, Madame Sylvie ouvre avec un Chardonnay 2001 du tandem Houillon-Overnoy. Tout de suite la classe parle, bel équilibre, grande fraîcheur, parfaite conservation. Clément avait repéré un Chateauneuf du Pape 2008 de l’ami Laurent Charvin. Contrairement à beaucoup de ses confrères, nous sommes ici sur un vin puissant, certes, certes, mais délicat et sans lourdeur aucune. Joli, le fils fait plaisir à son papa. Le papa est fier de ce choix judicieux bien qu’il nous ferme la porte de la couleur. Monsieur Nicolas, qui ne pouvait s’empêcher de pianoter, laissant entrevoir une forte tension nerveuse, annonça “Clos Rougeard 2009” des Foucault’s Brothers. Bouteille de poids à l’image de notre nouvel ami qui impressionna l’assistance par son volume mais qui aurait certainement mérité plus de garde et d’ouverture. Là je parle de la bouteille, comprenons-nous bien. Dany, notre hôtesse, relança malicieusement avec un superbe Morgon 1991 de Marcel Lapierre. Plus de vingt ans de bouteille pour nous délivrer ce soir-là suavité et élégance.

J’avais la main pour conclure et n’hésitai pas un seul instant en découvrant en bas d’ardoise un second Clos Rougeard, mais en 2007. Passage en carafe pour une aération révélatrice et accompagner une délicieuse entrecôte de Black Angus cuite de main de maître par Philippe, l’hôte du lieu. Avec ma paire de Rougeard, je raflais la mise et n’étais pas peu fier de mon succès. L’idée de constituer une ligue professionnelle fut le dernier souhait émis lors de cette EXxxcelllllente soirée.

www.alatabledechanelle.fr

A La Table de Chanelle

12 Route d’Angers

49350 – Les Rosiers sur Loire

Tél : 02 41 51 88 85

Je suis un petit oiseau et Chaval avait raison.

mercredi 6 novembre2013

 

J’aimerais bien connaitre le nom du crétin qui a dit : “Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse!” De même que le verre, son volume et l’épaisseur de sa lèvre sont importants lorsque l’on boit, il en est de même pour moi quant à la bouteille. Donc ce matin je trainais mes claquettes avec à l’intérieur une purée de doigts de pieds, tant il y avait de touristes sur le Cours Saleya, lorsque je tombai en arrêt devant le stand d’une charmante Niçoise au nom taillé dans le granit : Nicolle Le Goff. Parmi son ensemble de flacons anciens, mon regard fut tout de suite attiré par une très jolie bouteille XIXe soufflée au verre épais et légèrement bullé avec un cachet sur lequel figurait la mention “Litre N.P.F.”Détail de ce qui n'est plus une bouteille. Ceci n'est plus une bouteille.J’en étais à négocier ardemment mon achat quand ma fille pointa son museau pour me signaler qu’elle était tombée en pâmoison devant, je ne sais trop comment la définir, une petite bonbonne, une mini dame-jeanne située à une trentaine de centimètres sur ma gauche. Enfin, toujours est-il que Lucile avait raison, cette bouteille était superbe. Du coup, renégociation pour les deux, nous trouvons un terrain d’entente, j’emprunte 20€ à court terme et me voilà parti, tout content de moi, terminer mon tour de marché. Et alors, c’est en montant dans la voiture, en faisant je ne sais trop quoi, que j’ai voulu vérifier laquelle des deux avait le verre le plus épais, s’ensuit un corps à corps intense, bref et définitif avec en apothéose ce petit bruit mesquin de l’ampoule qui explose.

Si la vie est une alternance de joies profondes et de dépressions intenses, je venais de prendre ma dose pour la journée. Mon Litre NPF avait implosé. Je profitais de cet instant pour me redéfinir, me resituer à l’intérieur de ce monde cruel, dans cet univers sidéral qui n’avait d’égal que mon incommensurable bêtise et si Chaval affirmait que les oiseaux sont des cons, là je me sentais voler toutes plumes au vent. Et le vainqueur est............S’il y a parmi vous un spécialiste en bouteilles anciennes, pourrait-il le cas échéant m’indiquer quelle était approximativement la valeur ou non de mon Litre N.P.F.? Je connais dans le Vieux Nice une confrérie de Flagellants, qui avait hébergé l’ami Touvier dans sa fuite, prête à m’accueillir et m’aider afin que je me mortifiasse profondément les chairs comme je me le dois.

Là, respirez, soufflez, je vous évite le coup de la comparaison avec la robe et la jolie dame, qu’elle serait été plusse belle que si elle aurait porté des haillons.