Mmouais!!!

3 mai 2016

bouse

Si Sévéro, c’est costaud.

25 avril 2016

On n’a pas tous les jours l’occasion de se hausser du col dans les dégustations en ville, je peux même avouer que mon niveau, proche de celui de mon camarade de jeu, frise l’indigence. Ce n’est peut-être pas un hasard si nous avons associé nos incompétences pour créer Glougueule. Si vous êtes un tant soit peu observateur vous remarquerez que jamais nous ne nous autorisons l’émission d’un avis quelconque sur une cuvée, aussi bonne soit-elle. Des âmes charitables pensent que ce phénomène est en grande partie dû à notre éducation judéo-chrétienne et que les nombreux enseignements qui nous furent prodigués dans les recoins des sacristies, outre leur caractère initiatique, n’y seraient pas pour rien. Que nenni! Rien à attendre de notre humanité, de notre magnanimité, pas de mansuétude, aucune grandeur d’âme, si nous avions le pouvoir, intraitables nous serions. Topor rêvait d’un destin dictatorial uniquement basé sur le plaisir de faire imprimer des timbres à l’effigie de son postérieur et avoir ainsi la possibilité de se le faire lécher quotidiennement par ses sujets. Ah! Monsieur Topor comme vous manquez ici bas. Non, nous c’est uniquement par lâcheté que nous sommes miséricordieux, de notre clémence, nulle trace par le passé, rien à en attendre.

Monsieur William

Monsieur William

Donc vous dire le bonheur que j’ai eu l’autre soir au Sévero est difficilement exprimable avec des mots qui ne seraient pas considérés comme déplacés, voire injurieux envers mes amis présents autour de la table. Il était question d’une bouteille dans une chaussette présentée par William, le maître du lieu. Un couple de Clodoaldiens, Alain et Pedro, experts Brésiliens, mon partenaire de double et votre serviteur pour atteindre la demi-douzaine. Pourquoi ce soir-là la connexion s’est-elle faite entre mon neurone agonisant et ma papille ??? Toujours est-il qu’après immersion de mon appendice, la goutte hésitante qui pendait au bout me lança des signaux appuyés pour m’indiquer qu’une fois par le passé mon odorat avait rencontré des molécules identiques. Un éclair me secoua l’échine, mes yeux se révulsèrent et la bave aux lèvres, de ma bouche infernale sortirent ces quelques mots portés par une haleine putride venue du fond de mon être « C’est un Chablis de chez De Moor! » puis exténué autant qu’hirsute je revins à la raison « Une fois j’ai goûté ça, c’était au Bistral. D’ailleurs Toto c’était avec toi, y avait Arnaud et Poutrelle! » Seul écho à ma supposition, venant d’outre atlantique « Cela m’étonnerait beaucoup que ce soit un Chablis! » La Clodoaldienne dont la moitié de la bouteille avait transité par son œsophage supputa que nous avions affaire à un vin blanc de type français et qu’il serait judicieux de héler sa sœur, la présente étant défunte. Les instants qui suivirent sont à ranger parmi les plus délectables, car je sentais confusément au fond de moi que malgré l’avis doctoral énoncé par le Carioca, ce que j’avais dit n’était pas complétement stupide. William s’approcha de la table et après que nous lui eussions demandé en chœur de nous révéler la vérité, j’entendis ces quelques mots, que depuis je me repasse en boucle, « C’est la cuvée Bel-Air et Clardy 2013 de chez De Moor! » Ah P…unaise! Comme c’est bon d’être un petit génie de la dégustation à l’aveugle. Malgré le ton comminatoire et l’insistance appuyée que je mis pour qu’ils se prosternassent devant moi mes camarades de table ne saisirent point l’opportunité de m’élever au rang d’idole, s’en tenant à une moue vaguement reconnaissante à la limite de la condescendance. Mais de tout temps l’exception a tardé à être reconnue par les gens du commun. Vous verrez, peut-être, qu’un jour vous aussi après beaucoup de travail vous pourrez atteindre, même de façon fugace, mon niveau. Ceci dit en toute humilité, bien sûr.

Le Very Nice Petit Salon des Vignerons Glougueule le 9 mai

12 avril 2016

Alors que nous ne nous prêtions même pas vie au-delà de la fin du deuxième millénaire, voilà que nous fêtons cette année nos dix ans d’existence. Quoi de mieux pour célébrer cette décade fulgurante, où nous avons habilement su éviter les embuches d’un potentiel succès mondial, qu’une réunion sous le soleil avec des amis vignerons. La place étant limitée, seuls vingt et un d’entre eux seront là pour l’occasion le lundi 9 mai à partir de 11h dans les locaux du restaurant Mr. Caramel au 50 Bd Jean Jaurès à Nice. Zoé, la force vive de Glougueule et notre espoir pour nos vieux jours, a dessiné l’affiche que vous pourrez vous arracher dès le lendemain sur le site au tarif habituellement dérisoire de 15€.Petit Salon Glougueule-web

Mimi, Fifi & Glouglou – Complot

4 avril 2016

MFG-128-1.MFG-128-2MFG-128-3MFG-128-4MFG-128-5MFG-128-6MFG-128-7

« Savoir enfin qui nous buvons » de Sébastien Barrier, un talent riche et varié. *

29 mars 2016

En 2014, nous avions réussi à vanter le spectacle de Sébastien Barrier, « Savoir enfin qui nous buvons » sans en avoir lu la moindre bible, bu la moindre bribe, pas même vu un extrait, nous basant uniquement sur le fait que soutenu par tout ces vignerons dont nous aimions tant les vins, leur seul parrainage était pour nous gage de qualité. Cette fois pour la sortie de la version papier relatant son aventure, nous avons commis, à l’aune de ce que nous produisons d’ordinaire, un effort proche de la démesure.

Sébastien Barrier aux Editions Actes Sud

Sébastien Barrier aux Editions Actes Sud

Chacun de nous s’est offert le bouquin qui, en plus d’être passionnant par le contenu, est un superbe « objet » dont la très grande beauté formelle fait immédiatement penser aux magnifiques parutions des grands succès des Éditions de l’Épure, telles que……….Bon, faut toujours que nous ramenions un peu la couverture de notre côté mais sincèrement voilà un livre qui ravira tous les amoureux des vins que mettons en avant à longueur d’année et que nous buvons au quotidien. D’ailleurs je vous abandonne, il est 12:15 et l’heure d’attaquer frontalement la petite daube de joue de bœuf que je vais rincer avec une…scritch!….scritch!….pur ….1995….scritch!…dernière mais grandissime bouteille, de l’aveu même de la vigneronne qui pourtant est toujours d’une modestie jamais prise en défaut. Pour savoir, enfin, ce que je bois faudra attendre le rétablissement de mes connections neuronales.

« Savoir enfin qui nous buvons » de Sébastien Barrier aux Editions Actes Sud

* Humour spécial 3ème âge

LA GLOIRE DE MON PÈRE

23 mars 2016

gloirepere

L’ADMIRATEUR

21 mars 2016

ladmirateur

UGH

18 mars 2016

ugh

SAUVETAGE

17 mars 2016

sauvetage

Adoptons une attitude alcoolo-solidaire.

11 mars 2016

Un certain sens du partage et de l'entraide.

Buvons-nous les uns les autres.

Les lecteurs de Glougueule découvrent depuis quelque temps maintenant la délicatesse de Zoé Thouron* à travers ses dessins sur un sujet qui nous intéresse plus particulièrement. Elle alimente les tuyaux de notre blog et compense en partie notre nonchalance « naturelle ». Mais si la demoiselle mérite amplement nos compliments, elle le doit aussi en partie à son hérédité, prise entre un père gourmand, dessinateur boulimique protéiforme et une mère grande (et) buveuse. A l’occasion d’une réunion de travail intense en zone Sud, Lefred-Thouron** nous offre ce dessin, fruit d’une belle collaboration vineuse.

* http://www.imagerie-epinal.com/2_thouron-zoe

* http://zoethouron.blogspot.fr/

** http://lefredthouron.com