Modiano dégustateur

20 octobre 2014

Modiano degustateur

Savoir enfin qui nous buvons, de Sébastien Barrier.

18 octobre 2014

Nous sommes souvent taxés de copinage éhontés envers nos amis. Aujourd’hui Glougueule déroge à sa rigoureuse déontologie. Je vais vous parler d’un spectacle que non seulement je n’ai pas vu mais dont je connais à peine l’auteur. Nous ne nous sommes rencontrés qu’une seule fois au Salon du Vin de mes Amis l’an dernier, organisé par notre amie Charlotte Sénat. Sébastien Barrier avait tenté, en compagnie d’Anthony Cointre, de voler le sac que j’avais perdu et qu’ils ont eu la gentillesse de me rendre, sans que je leur demande quoi que ce soit.

savoir_enfin_le_parisien_17-10-2014

Bon mais ce n’est pas tout ça mais je suis là pour vous parler de la séance supplémentaire de son spectacle qui aura lieu dimanche 19, donc demain, à 16h30 au Théâtre Montfort, 106 Rue Brancion. Métro Porte de Vanves.

http://m.lemonfort.fr/accueil/savoir-enfin-qui-nous-buvons

Bon c’est trop tard, dommage, je voulais faire un subtil jeu de mot disant combien riche et varié est le spectacle…… Ricet Barrier….. Bon laissez tomber

La raie pudique est en danger.

13 octobre 2014

La raie est un poisson cartilagineux, solitaire, sensible et discret, confirmant ainsi l’adage qui veut que l’on ait plein de raies au fond du sable. Plus de vingt espèces occupent notre littoral et si l’on connait de nom la pastenague réputée pour son dard; la brunette, la bouclée, l’étoilée, la marbrée, la fleurie, la circulaire, la radiée nous sont parfaitement inconnues. En 2010 au cours de notre voyage d’études en Corse (voir La Croisière se murge), nous avons approché un spécimen hors norme qui avoisinait le quintal. C’est à bord du bateau d’Antoine-Marie Aréna sur la plage du Lodo que, dans le cadre de notre mission scientifique et malgré les efforts que nécessiterait une telle entreprise, nous nous étions décidés à la lui hisser à l’arrêt, car impossible dès lors que le bateau était en mouvement.

La puce que nous lui avions greffée a émis pour la première fois cet été. Ci-dessous la photo prise par notre correspondant varois sur l’île de Porquerolles qui l’a surprise avec un magnum de Pinot Noir 2009 de J.F. Ganevat et un sérieux coup dans l’aile, arrosant la victoire de la Belgique en très joyeuse compagnie. Solitaire la raie, alors qu’on la retrouve si facilement en compagnie d’énergumènes de tous poils ? J’en doute.

Rare espèce de raie pocheteau gris. Vous remarquerez la marque agrafée afin de pouvoir la suivre et l'identifier lors de ses migrations.

Rare espèce de raie, dite « pocheteau gris ». Vous remarquerez l’émetteur implanté dans le short, destiné à la suivre lors de ses migrations.

http://www.glougueule.fr/2010/08/ca-pagaie-dans-lepilogue/

Attention dans une mauvaise posture, se mettre violemment la raie au mur, c’est battre Popaul.

 

 

Mimi, Fifi & Glouglou – Chez Troismaque

29 septembre 2014

MFG-Interlude 19.

Vous avez reçu un émail.

22 septembre 2014

Le vrai luxe demain sera dans nos assiettes. Au dernier smartphone sorti je préfère mon portable avec son antenne télescopique, à la dernière version du simili 4×4 juste bon à grimper le trottoir, je garde ma poubelle jusqu’à la mort, et ne supportant plus l’humour à deux balles et sa publicité qui me ressort par tous les orifices, j’ai résilié mon abonnement à cette chaine dont le nom se rapproche de l’un d’entr’eux. Grâce aux économies réalisées je m’offre désormais en magnum ce qu’auparavant je m’achetais en demi-bouteille.

Bon là, honnêtement, même si pour faire effet, écrire demi-bouteille pour créer une image forte c’est bien, personne n’y croira. D’ailleurs qui à l’heure actuelle achète son vin en 37.5 cl, personne. Donc pensez bouteille en lisant demi. Je reprends.

Qui dit économe, dit pingre. Et qui dit pingrerie, dit Normandie. Je m’y trouvais début août chez le Docteur Marcello, fondateur historique en 1977 du mouvement des KKB. Sur notre trajet estival, il est devenu une escale incontournable possédant un stock de blancs 2009 de chez Agnès et René Mosse qui fut impressionnant. Alors que nous devisions au coin de la cheminée, mon regard de chineur/mangeur fut attiré par une superbe série de casseroles émaillées. Un bref coup de scanner pour évaluer volume et poids. Rentreraient-elles toutes dans ma valise ? Penser à les emballer pour éviter tout bruit dénonciateur. J’en étais là de mon listing quand il me dit : « Laisse, c’est fabriqué à Thury-Harcourt, pas très loin, et comme ça tu fais visiter la Suisse Normande à Angèle ».

Emaillerie Normande

Le charme de la Suisse Normande pour un plus grand plaisir du palais.

Renseignements pris c’est à l’entrée du village, prés de la voie de chemin de fer, facile. Pas de magasin, une devanture d’entrepôt avec sa sonnette, un couple attend devant la porte, nous en profitons pour nous glisser. Trois marches à droite et c’est la salle de vente, couverte de plaques émaillées de toutes sortes. Les numéros de rue, les sentences, les objets décoratifs et ce pourquoi nous sommes ici : les récipients qu’avec on cuisine des choses qu’elles sont bonnes et surtout qu’ainsi elles ne sont pas en contact avec une matière dont on ignore en grande partie l’origine et ses conséquences à long terme sur notre petite santé de vieux chétifs. L’homme est grand, mince avec une forme de raideur quasi militaire dans la posture, il porte une blouse de toile du même bleu intense que ses yeux. A le voir de prime abord, on ne sait si notre visite est la bienvenue, il répond avec placidité et gentillesse au couple mais avec une sorte de distance rêveuse. Mais toutes ces considérations oiseuses sont balayées dès que l’on marque un intérêt à ses produits pour peu que l’angle choisi soit la gastronomie. Là, le visage s’illumine, les réponses fusent précises, avec les conseils pour bien utiliser casserole, sauteuse et crêpière. Pour moi qui ai décidé de concurrencer les plus grands chefs étoilés, dès ma retraite, à condition d’avoir le matériel adéquat, c’est le moment d’investir pour l’avenir. Mais c’est là que revient mon pitoyable et détestable côté Normand, je suppute que tous ces trésors doivent valoir leur pesant de gamay en magnum. Nous sélectionnons une crêpière, une sauteuse, une poêle et une louche. A la question, tant redoutée, combien cela coûte? Deux billets bleus. Deux malheureux billets bleus, alors ça c’est pile poil ce que j’aime entendre, Monsieur Opderbeck, c’est beau, utile et pas cher. Nous prenons les quatre ustensiles comme on prend des amuse-bouche, en se disant que si ces produits sont à la hauteur, dans la foulée je me prends la totale casseroles et tutti quanti.

Vous avez reçu un émail.

Pas de bidons, mais de très jolies gamelles.

Alors un conseil : En passant par la Normandie, allez rencontrer cet Alsacien, vous ne serez pas déçu et vos estomacs vous remercierons. Pour terminer, si vous voulez voir l’intensité de ses yeux s’accroitre, parlez lui vin naturel, parce qu’en plus l’homme semble être gourmand de tout ce qui transite par le gosier.

EMAILLERIE NORMANDE Opderbeck père & fils

10-12 impasse des Lavandières – 14220 Thury Harcourt -

(+33) 02 31 79 70 15

http://www.emaillerie-normande.com/

PS : Nous avons testé sauteuse, poêle et crêpière, tout est parfait. Si vous suivez bien les instructions, c’est moins d’énergie et les aliments n’attachent pas.

Je dis merci Monsieur Opderbeck!

Je suis un bi-table.

9 septembre 2014

Plusieurs fois j’étais allé l’admirer Boulevard Haussmann du temps de ma vie antérieure au Nord de la Loire, du temps où je passais l’hiver dans une veste en mouton. De cette époque certainement me reste en témoignage sur le visage des stries rosacées du plus bel effet, particulièrement au soleil couchant quand lui et moi étalons nos palettes en parfaite harmonie. Ma table, celle devant laquelle je bavais; même pas besoin d’y poser quoique ce soit de comestible, le processus s’enclenchait seul; cette table était celle de mes rêves mais le prix avec plusieurs zéros me la rendait hors de portée. Alors j’ai tiré une croix sur cette envie, je me suis raisonné, me suis accommodé de toutes les autres au gré des hasards.

Protis table Petite Venise

La plus belle table du monde.

Internet est apparu avec ses sites de rencontre particulier à particulier. Longtemps j’ai tapé « Protis – Table Petite Venise » sans résultat, sauf à me faire renvoyer sur le site officiel du fabricant, seule différence quarante ans après, les francs se sont transformés en euros. Elle est toujours aussi désirable, ses dimensions idéales, ses proportions parfaites, son design épuré, ses arcs de cercle qui, en se déployant, vous font passer d’une table carrée de 1.20m x 1.20m à une ronde de 1.60m de diamètre portant votre capacité d’accueil de six à dix convives confortablement installés autorisant ainsi le dérapage du magnum au jéroboam et surtout, surtout, son pied central qui est si bien conçu qu’elle reste stable quoi que vous lui fassiez subir.

Je me promenais donc un jour sur la toile et avais lancé ma recherche amoureuse quand ce site qui ne précise pas s’il s’agit d’y trouver des champignons ou d’y piqueniquer me signale qu’un exemplaire de l’objet de toutes mes convoitises se trouve être à la vente, et ce, à un prix abordable. Bingo! Restait à convaincre Mimi, notre mannequin, d’utiliser son énorme gouffre à gas-oil pour une promenade en banlieue parisienne. La promesse de manger et boire avec Monsieur Plus et, comme c’est presque sur la route, aller vérifier chez les Villemade que sa sculpture n’a pas bougé en prenant rendez-vous en fin de mâtinée, disons après 11h30. Comme ça, la marge restante entre dégustation et repas sera réduite au maximum.

En descendant l’escalier, elle est ma première vision matinale et à chaque fois je me dis qu’elle est, sans doute possible, la table idéale, celle que tout homme normalement constitué a envie de posséder.

Mais il y a quelques mois, j’ai honte, je suis retourné sur ce site de rencontre, il avait enregistré ma recherche et sans que je lui demande, m’a transmis la photo d’une autre « Petite Venise », cette fois elle était blonde, peut-être plus jeune et surtout son homme avait dû se tromper dans le montant qu’il en souhaitait. Je ne pouvais pas laisser passer cette incroyable occasion. Alors sans trop réfléchir j’ai pris mon téléphone et quelques secondes plus tard j’étais le propriétaire d’une seconde « Petite Venise » qui irait s’installer sur les bords de Loire afin de ne pas perturber la régulière en wengé. Jusqu’ici chacune ignore l’existence de l’autre et c’est tant mieux, pas facile tous les jours d’être un bi-table.

La table Petite Venise a été dessinée par Bernard Dequet et Pierre Le Merrer pour la Société Protis.

Mimi, Fifi & Glouglou – Les Ignorants

1 septembre 2014
MFG-64-1MFG-64-2MFG-64-3MFG-64-4MFG-64-5MFG-64-6MFG-64-7With a little help from Léo Bénard. Thanks !

N’oublions Gamay !

19 août 2014

 

Un ami très cher m’a fait parvenir cette photo légendée ainsi : « Assis en pleine forêt, à observer les loups, je sirote un Brouilly de chez Descombes. » Alors, soit mon ami très cher s’est abusé avec la taille du flacon, soit le Brouilly de Monsieur Descombes a des vertus hallucinogènes que la contre-étiquette ne mentionne pas. les loups de DescombesD’autres me l’auraient envoyée uniquement pour me faire bisquer dès lors qu’ils auraient su mon incapacité à jouir d’une telle situation au même moment. Citons l’immortalisation du premier pas à l’intérieur d’un établissement triple étoilé de l’Aveyron, la photo des chaleureuses embrassades de trois amis passionnés de cigares en visite à Cuba; qui m’ont prévenu la veille de ce voyage, dont je faisais initialement partie; cernant Monsieur Robaina qui, bien sûr, vient de leur rouler personnellement une vitole de première bourre, cette autre d’une bouteille mémorable dans un millésime exceptionnel avec, en arrière-plan, les trognes hilares de vagues connaissances totalement avinées qui m’invitent à venir partager leur immense joie. Des exemples comme çà je pourrais vous en lister à la pelle tant j’ai d’amis attentionnés. Mais cette fois je dis STOP! Je ne craquerai pas comme les autres fois où pour retrouver calme et envie de vivre, je suis descendu dans ma cave attraper la première bouteille qui me tombait sous la main, et comme les casiers contre lesquels on se cogne dès en entrant sont les Beaujolais, je crains d’être victime du même mirage. Alors s’il se trouve quelqu’un dans votre assemblée pour voir dans cette photo le moindre représentant du genre canis lupus, qu’il me le fasse savoir que rapidement je consultasse?

Mimi, Fifi & Glouglou – Jargon

1 août 2014

MFG-67-1MFG-67-2MFG-67-3MFG-67-4MFG-67-5MFG-67-6MFG-67-7-bis

Quelle belle déroute.

28 juillet 2014

Pour le tour suivant nous avons dû changer de terrain, par bonheur la faible distance entre Nice et Villeneuve-Loubet n’impliqua qu’un très faible décalage horaire. Match au couperet à élimination directe, Coach Frankie avait anticipé et convoqué deux renforts de poids. Rénato en défense centrale, certes un peu lourd et à la technique de prise de verre approximative, mais infaillible dès qu’il s’agit de vider une bouteille. On dit souvent de lui que rien ne lui fait peur, sa tache étant de ne rien laisser passer, il l’accomplit à merveille. Oncques ne vit jamais un verre ou une bouteille, qui ne soient vides, quitter le terrain hormis pour prendre la direction du container. Autre renfort de poids, Manue, transfert de dernière minute négocié avec un célèbre club parisien. Manue en attaque, c’est la classe à l’état pur, capable de transpercer n’importe quelle défense grâce à sa descente faite de contre-pieds dévastateurs à même de déstabiliser n’importe quel néophyte peu habitué à ses dribbles sensuellement chaloupés.

6 à 0

Notre sélection pour le Mondial.

La nature du terrain sous la tonnelle, nous a dans un premier temps quelque peu déstabilisés, par bonheur nous avons su faire corps autour d’une V.O. de Selosse qui nous a ouvert l’appétit à la 11ème minute. 1 à 0. Encouragés par ce but opportun autant que rapide nous avons su nous maintenir dans le match en gardant notre cohésion et douze minutes plus tard Bodice 2011 de Villemade, bien démarqué, doubla la mise. Dès lors, nous avons déroulé et l’avalanche de bouteilles s’est déclenchée. Trois bouteilles en quelques minutes, incroyable! Tavel 2009 de l’Anglore, Vosne-Romanée Clos des Goillottes 1999 de Prieuré-Roch qui avait déjà marqué les esprits lors de la précédente rencontre et Morgon 2000 de Marcel Lapierre. 5 à 0 à la pause fromage, c’était au-delà de toute nos espérances. C’est Philippe Pacalet avec un Chablis 1er cru Beauroy 2004 qui nous remit sur le chemin pour sceller une victoire historique. 6 à 0. Dans les arrêts de jeu Cazottes marqua comme à son accoutumée avec sa Reine Claude dorée, qui je dois le reconnaitre fait partie de mes joueurs fétiches dès lors qu’il s’agit de terminer sur une note flamboyante. Un verre cassé par inadvertance permit à l’adversité de marquer notre unique manque d’attention. 7 à 1. Résultat mémorable. Et c’est dans la fumée des cigares et vapeurs d’alambic que nous nous achevâmes cet après-midi sportif. Et comme le dit Coach Frankie : « Le sport est indispensable à votre équilibre, s’hydrater à votre santé, mais prenez garde que par excès le premier ne prenne le pas sur le second, alors faisez gaffe. boivez! »