Mimi, Fifi & Glouglou – Le sens du détail

29 août 2016

MFG-129-1MFG-129-2MFG-129-3MFG-129-4MFG-129-5MFG-129-6MFG-129-7MFG-129-8

En attendant le goût de l’eau.*

19 août 2016

Nous le savons, inutile de nous le brailler, nous sommes de vraies larves, août ne nous est pas propice, de même que les mois précédents. Alors pour vous faire patienter voici le fruit de la collaboration entre Zoé Thouron et Laurent Cazottes.

Bulleversant

En attendant le goût de l’eau, testez celui de la bulle de cazottes.

A boire dans toutes les bonnes ivreries.

*Je rappelle que Glougueule étant un repaire d’intellectuels forcenés, derrière chaque titre d’apparence anodine, chaque jeu de mots subtil, peut toujours se cacher une référence culturelle qu’il serait bon que vous enregistrassiez, afin de briller un tant soit peu dans vos sinistres repas de famille de fin d’année en ville. Et là en l’occurrence nous avons emprunté à peu de frais à l’ami Samuel Beckett, qui n’en est toujours pas revenu devant tant de légèreté. Nous pensions à tort recevoir de sa part une missive à la limite du courroux de ne pas lui en avoir fait une demande préalable. Rien à ce jour, comme quoi !!!!

Amour toujours.

3 août 2016

Avec l’âge cela ne s’arrange pas et demain sera pire, n’en doutons pas. Difficile après notre tournée d’inspection dans le Roussillon de reprendre un rythme s’apparentant à quelque chose qui se rapprocherait d’un battement de cils, d’un effort vague. Heureusement nous ne sommes pas encore séniles, nous avons su détourner Zoé de sa trajectoire fulgurante et la contraindre quelque peu afin de palier nos défections. Le bras tordu, elle nous a dessiné cette merveille, extrêmement drôle. Il est vrai que d’en être l’auteur m’éloigne peut-être d’une certaine objectivité. Dites-moi, je rectifierai.

Amour Toujours

Avant d’en arriver aux dernières quatre planches, un passage en bois quasi obligé.

Avec une petite aide de la part de mon ami.

18 juillet 2016

Selon la recommandation de son cardiologue, l’un est parti quelques jours dans le jura avec un de ses partenaires de comptoir favoris, tester l’élasticité de ses coronaires et vérifier sa résistance hépatique à une immersion prolongée en un milieu saturé de poulsard, tandis que l’autre se remettait lentement d’une électrocution de première, abattu au magnum avec neuf autres camarades, on relevait autant de victimes que de magnums. Alors dire que nous étions prêts pour envoyer notre traditionnel chef d’œuvre du lundi serait mensonge. Heureusement qu’il y a Kopin Lorrain.

Merci Kopin!

Un vieux coup au moral

Dessin de Lefred-Thouron, paru dans le Canard Enchainé.

Langue de gueule de bois

11 juillet 2016

Scann-interlude GDB-001 coul

La goutte de crème qui a fait déborder la baratte.

4 juillet 2016

L’étau se resserre, trois moins une égale deux. Si nous étions plus sages nous apprendrions dès maintenant à aimer ce goût si particulier, à apprécier sous la langue cette texture proche du gypse en poudre additionné de son volume en eau ou se délecter de cette palette de saveurs insipides et nous l’enseignerions à nos enfants afin de préparer les générations futures à oublier notre appétence naturelle pour les produits vrais. A quelques dizaines de centimètres près, souvent nous n’arrivons pas à en déceler la provenance. En est-ce vraiment ? Ou n’en sont-ce que les appâts rances ? Plus que deux fromageries productrices indépendantes de Camembert d’Appellation d’Origine Contrôlée. Dernière à sombrer dans le gouffre abyssal de la constellation Lactalis, Graindorge vient de rejoindre le cortège de celles qu’il va nous falloir rayer de nos listes de courses. Elle sera sans nul doute la perle que l’on expose dans la vitrine, celle qui permettra de continuer à vous faire avaler ces quelques 250000 rondelles blanchâtres quotidiennement produites, la caution indispensable en ces temps où les multinationales se refont des virginités à peu de frais.

Fromagerie Gillot

Fromagerie Gillot

Alors les Amis, là pour le coup c’est terminé. Jusqu’ici je m’étais obturé le clapoir, j’avais toléré sans rechigner le lait pasteurisé, la crème allégée, le beurre anti-cholestérol, le yaourt au biomachin rétro-actif, bon il est vrai que l’exercice était aisé, j’en mange pas. Pas par principe, non tout simplement tout petit j’ai été vacciné contre tous ces immondices. Marcelle, ma petite grand-mère chérie, la tête appuyée contre le flanc de la vache, dirigeant le jet d’une main experte, me faisait boire le lait au pis de la vache et je rapportais en courant à la maison dans ma petite timbale en alu cabossée ce lait entier qui serait mon petit-déjeuner du lendemain. Dans mon assiette une demi-louche d’une crème jaune et épaisse qu’elle saupoudrait d’un nuage de sucre pour m’en faire un dessert. Avec elle, debout sur un seau renversé, j’ai tourné à en perdre haleine les bras de l’écrémeuse et de la baratte. Mes papilles noyées dans le crémeux du beurre ont appris à se laisser apprivoiser par les grains de sel qui venaient exploser en bouche. Et quand il était question de fromage, ce ne pouvait être que du Camembert de la fromagerie Bourdon, produit à Barbery petit village proche, toujours fait à cœur à la croûte légèrement orangée, s’échappant dès qu’on l’avait entamé.

Fromagerie Mercier

Fromagerie Mercier

Tout ceci me rend triste et je crains que cette récente acquisition ne soit une fois de plus pour moi comme un signe, un encouragement à boire un peu plus. Ah! P… de M…! Mais ça c’est interdit, je ne devrais pas l’écrire, ce serait comme qui dirait une forme d’incitation à  l’excès. Boire quelques gorgées d’un pétillant naturel, d’une jolie bulle, c’est interdit car c’est de l’alcool et donc destructeur de vie, mais ingérer une parcelle d’un morceau de plâtre à base de lait pasteurisé réensemencé avec des ferments d’affinage, ça c’est bon. C’est ça? Ou j’aurais mal compris? Heureusement face à la malbouffe nous, citoyens, sommes protégés par nos élus vigilants et l’ensemble des organismes chargés de lutter contre ces dérives. Et si par le plus grand des hasards nous ne l’étions pas, peut-être serait-il judicieux que le consommateur prenne le pas sur le citoyen. Un véritable parti de « consommateurs » ne serait-il pas plus influent que le troupeau de veaux que nous sommes ??? Créer un « groupe » au fait des organigrammes économiques qui par ses lumières nous éclairerait et nous permettrait, non pas de lutter contre, mais tout simplement de boycotter telle ou telle marque peu « vertueuse ». Faire fluctuer à la marge , là où se situe souvent le bénéfice, en n’achetant plus les produits de telle ou telle société ou au contraire en achetant massivement telle autre, n’est-il pas le meilleur moyen de retrouver le pouvoir de consommer « proprement » que nous n’aurions jamais dû perdre. Alors les Amis, dès demain chez vos crémiers réclamez avec moi tous en chœur « On veut du Millot et du Gercier! On veut du Millot et du Gercier! » Ah Ooouais! Douze degrés quand même le Pèt’Nat. Faut toujours faire gaffe avec ces productions naturelles, on a un peu tendance à éxagérer, alors qu’avec l’industrielle on reste dans le raisonnable. Je suis entrain de dire une connerie là ???

*pot à lait, pour les non-normands

Oxygène

29 juin 2016

Vin qui baille-base couleur-basse def

Dimanche prochain chez Quedubon.

15 juin 2016

L’ami Gilles Bénard et son équipe ont eu la gentillesse, après que nous les ayons harcelés dans un premier temps, menacés dans un deuxième, de nous inviter à participer au Salon Vivent Les Vins Libres qui se tiendra dimanche prochain à partir de 10h au 22 Rue du Plateau – Paris XIX – Tel 01 42 38 18 65 – Métro : Buttes Chaumont, Pyrénées, Jourdain. Vivent Les Vins Libres chez QuedubonNon seulement, les inconditionnels pourront faire dédicacer leurs reliques pinardières, dont les célébrissimes Mimi, Fifi et Glouglou I et II ainsi que les EXxxxcellentes 30 Nuances de Gros Rouge,  toutes éditées par la fabuleuse maison d’édition L’Epure, la celle qu’à pas peur des grosses, mais en plus et pour la première fois dans la capitale et certainement l’unique vus les résultats de nos analyses,  vous pourrez claquer tout votre bel argent sur le stand Glougueule qui aura pour l’occasion réquisitionné un nombreux personnel entièrement dédié à la vente de ticheurtes, polos, débardeurs. Vous pourrez aussi acquérir pour une somme négligeable, proche du dérisoire,  l’ensemble des cinq affiches dont la toute récente de Zoé Thouron qu’elle l’a faite avec ses jolis petits doigts de Lorraine. L’entièreté des bénéfices sera consacrée à la recherche d’un institut médico-illégal qui accepterait de nous accompagner sur le bout de chemin qui nous reste tout en nous servant des coups à boire qui se tiennent. Donc, n’hésitez plus, vous ferez une bonne action. À dimanche !

Les noms des gens qui vous remplirons le verre.

Une pensée charitable.

13 juin 2016

En revenant du fond du jardin où je suis allé, au péril de ma vie, cueillir sur l’arbre quelques poignées de cerises, j’ai soudainement eu à votre attention une pensée chrétienne. La petite brise fraiche du matin, le soleil encore sage, l’univers sonore occupé par le chant des merles, la perspective de cette journée identique à la précédente, toute faite de repos et de pensées philosophiques plus profondes les unes que les autres, sincèrement,  pourquoi tant d’injustice me suis-je dit? Alors pour vous apporter un peu de douceur, remerciez ma fiancée insulaire,  je m’en vais vous donner la recette de ce qui a été mon petit bonheur du goûter de la veille. Prenez 100gr de farine de châtaigne que vous tamisez puis ajoutez 100gr de farine de blé, mélangez, ajoutez 125gr de beurre que vous aurez fait fondre, malaxez en y incorporant 50gr de sucre, une pincée de sel, deux passages de cannelle, un de gingembre et un soupçon de noix de muscade.

Tarte aux cerises de mon Groupe à moi.

Tarte aux cerises de mon Groupe à moi.

Laissez reposer un bon 1/4 d’heure au congélateur ou une heure au réfrigérateur. Allumez le four à 180°, puis faites 6 parts que vous allez tabasser et transformer en 6 galettes rondes de 15cm de diamètre posées sur un feuille de papier de cuisson. Au centre de chacune d’elle vous disposez 7 cerises avec leurs noyaux, vous rabattez la pâte grossièrement tout autour en essayant si possible de lui conserver un côté étanche. Saupoudrez de sucre et au four 30mn à 180°. Surveillez, préférez une cuisson excessive à la limite du carbonisé. Vous aurez, bien sûr, eu la sagesse de prévoir 2 tartes par personne. Question liquide, le choix est vaste, de la Guigne de l’ami Cazottes, pour les purs et durs, en passant par un Cerdon ou le délicieux « Pète la soif » du gang Thévenet et pourquoi pas un cidre. Enfin, je crois que vous saurez vous laisser guider par vos papilles. Vraiment je vieillis, voilà que la carte météo du jour me porte à la compassion, la pitié, c’est misère, je me décrépis de l’intérieur, me laisse envahir par des sentiments bien peu épiciers. Je programme sans le savoir mon prochain cauchemar, ma vision ultime, une pancarte immense « SPAR t’accuse! » en lettres de feu.

Le Very Nice Petit Salon est termined.

6 juin 2016

Eh bien voilà, les Amis, c’est fini, il m’aura quand même fallu un mois pour rédiger cet article indigent, tellement l’évènement m’a fatigué, lessivé. Et encore je dois reconnaitre que Laurent Cazottes a largement participé à la bonne marche de ce salon. D’ailleurs je vous adresse ce petit mot de Corse où je tente lentement de me remettre de tous ces efforts démesurés. Ce fut donc une très belle journée qui s’est terminée fort tard pour certains et raisonnablement pour la plupart aux alentours de 2h du matin. L’écho rapporté par les vignerons était unanime, ce fut vraiment un Very Nice Petit Salon. Plus d’une centaine de visiteurs tous pro avec la venue de bon nombre de sommeliers et restaurateurs des Alpes-Maritimes et du Var, certains venant même de bien au delà, de fort fort loin, de Marseille, c’est vous dire la portée. Tout avait commencé le dimanche soir par une soirée de pré-chauffage chez Christophe Dufau Les Bacchanales à Vence qui nous a chamboulé les papilles avec quelques plats renversants, limite démoniaques.  A Nice, chez Mr.Caramel, tout était fin prêt à 11h pour accueillir les visiteurs. Jacques Ferrandez et Michel Tolmer verre dans la main gauche et crayon dans la droite dédicacèrent leurs BD un peu, burent et boivèrent beaucoup. Pour ma part je n’en signais qu’un seul seul mais quel exemplaire! A Emilie Pelletier qui avait quitté son Grand Huit parisien tout spécialement. Zoé Thouron remporta un très joli succès suite à l’accrochage de ses dessins originaux. Mimi, l’égérie de Glougueule, nous fit admirer ses dernières sculptures et Christophe Lorenzoni, créateur de 225litres, ses meubles recyclés. Le succès est aussi dû à l’aide que nous ont apporté les élèves-sommeliers et leur professeur Jean-François Reviron du Lycée Escoffier de Cagnes sur Mer.