Archive pour la catĂ©gorie ‘Kopin’

Raisin fait l’appli et le beau temps dans le vin naturel

vendredi 14 avril2017

Vous avez tous connu ça, le soir tombe, aussitĂ´t votre cerveau reptilien vous envoie des messages d’angoisse. Si je m’Ă©garais dans la forĂŞt ou le dĂ©sert, si j’Ă©tais attaquĂ© par des bĂŞtes sauvages, et surtout, si je mourrais de soif ? OĂą trouver un bon canon nature dans les plus brefs dĂ©lais ? Grâce Ă  Jean-Hugues Bretin, fini le flip ! OĂą que vos pas vous mènent, l’appli Raisin et son système de gĂ©o-alcoolisation vont vous sauver ! Je ne parle au futur que pour les AndroĂŻdiens car les Aillefaunistes connaissent Raisin depuis le dĂ©but, et encore mieux depuis le lancement de la V2, qui n’est pas une fusĂ©e hitlĂ©rienne d’après ce que m’explique Jean-Hugues, mais la Version 2, plus riche, plus belle, plus sur le fruit, plus pratique pour repĂ©rer les SSS ( Spots Sans Sulfites ), Ă©changer et partager les quilles qui ont bouleversĂ© vos papilles.

Mais si comme moi, vous avez un tĂ©lĂ©phone corĂ©en de marque ÇA M’SAOULE ou assimilĂ©, la soif va continuer Ă  vous torturer jusqu’Ă  la sortie de la version AndroĂŻd de Raisin. Et notre intĂ©rĂŞt est donc d’aider Jean-Hugues et sa gouleyante complice Olivia Mann Ă  la mettre en ligne le plus vite possible. Pour cela, la prière ne suffit pas, c’est en participant joyeusement au crowdfunding que Raisin s’apprĂŞte Ă  lancer qu’enfin, youpi, vous pourrez vous balader Ă  Tokyo, Londres ou Madrid en sachant qu’Ă  deux rues de lĂ  vous attend un caviste, un bar Ă  vins ou un super restau avec des bouteilles de chez… non, on va pas citer de noms, il y en a trop de bons…

Soutenez Raisin, l’appli du vin naturel et financez la version Android, vous deviendrez peut-ĂŞtre l’heureux possesseur d’un des 20 tirages numĂ©rotĂ©s et signĂ©s par Michel-Tolmer-moi-mĂŞme de la marche dans le dĂ©sert imprimĂ©s en digigraphie format 30 x 45 !

 

Vendanges Solidaires, c’est parti !

lundi 3 octobre2016

vendanges-solidairesphoto-couv-fb-copie-glougueule

Ça aurait pu s’appeler les Restos du Foie, le Secours Quatre au litre ou Crois au Rouge français, mais dans tous les cas vous allez vous faire du bien en filant un coup de main Ă  des vigneron-ne-s auxquels le ciel est tombĂ© sur la tĂŞte. Comme le dit le grand Benoist Rey, mieux vaut boire du rouge que broyer du noir ! Pour participer, il vous suffira de vous rendre dans les restaurants et chez les cavistes participants ( liste sur la page facebook Vendanges Solidaires, une centaine d’Ă©tablissements Ă  ce jour ) pendant 3 semaines Ă  compter d’aujourd’hui, et de vous laisser aller Ă  votre pente naturelle, c’est Ă  dire pratiquer l’altruisme gouleyant, le lever de coude responsable, l’abnĂ©gation de comptoir, aller presque jusqu’Ă  la cuite philanthrope, bref, vous saigner aux quatre vins.

Si par malchance, vous êtes cloîtrés chez vous, il vous reste une solution, donner directement au bien nommé Pot Commun : http://www.lepotcommun.fr/pot/o9t50tns

Pur Jus, soif d’apprendre

lundi 19 septembre2016

capture-decran-2016-09-14-a-22-43-57 capture-decran-2016-09-14-a-22-43-57-copiepur-jus

D’un cĂ´tĂ©, on a Bayer qui bouffe Monsanto, Lactalis qui Ă©trangle les producteurs de lait et certain candidat Ă  la prĂ©sidentielle qui se demande si après tout, le changement climatique… Bon, ne sautez pas tout de suite par la fenĂŞtre, on a aussi des bonnes nouvelles : Fleur Godart et Justine St LĂ´ viennent de publier « Pur jus » aux Ă©ditions Marabout, et c’est LA bd glouglou de la rentrĂ©e,  220 pages aussi dĂ©saltĂ©rantes qu’une quille de macabeu !

Elles ont passĂ© un an Ă  butiner chez une petite trentaine de vignerons nature (Jeff Coutelou, Alain Castex, Philippe Jambon, Cyril Fahl, Catherine Riss etc, etc…) tout un pollen d’expĂ©riences, d’essais, de pratiques vigneronnes qui cherchent Ă  comprendre au lieu de brutaliser. Tout ce que Davodeau nous rĂ©vĂ©lait dans les Ignorants, Fleur et Justine le prolongent et l’approfondissent, au sens propre, puisqu’elles nous font descendre au bout des racines pour piger le processus de la mycorhize ou comment le manganèse devient soluble et donc toxique dans les sols de gneiss trop acides… Mais pas d’affolement, cette bd est comme un traitĂ© d’agronomie hyper-pointu qui serait capable de captiver n’importe quel public grâce Ă  l’imagination sans limites de Fleur et Justine pour mettre en images des notions complexes. Les personnages changent de taille, ont tout d’un coup des bras en rameaux de six mètres de long, des ailes de papillons, pas de problème, tout est possible ! Ă€ lire pour avoir encore plus de raisons d’avoir soif !

Avec une petite aide de la part de mon ami.

lundi 18 juillet2016

Selon la recommandation de son cardiologue, l’un est parti quelques jours dans le jura avec un de ses partenaires de comptoir favoris, tester l’Ă©lasticitĂ© de ses coronaires et vĂ©rifier sa rĂ©sistance hĂ©patique Ă  une immersion prolongĂ©e en un milieu saturĂ© de poulsard, tandis que l’autre se remettait lentement d’une Ă©lectrocution de première, abattu au magnum avec neuf autres camarades, on relevait autant de victimes que de magnums. Alors dire que nous Ă©tions prĂŞts pour envoyer notre traditionnel chef d’œuvre du lundi serait mensonge. Heureusement qu’il y a Kopin Lorrain.

Merci Kopin!

Un vieux coup au moral

Dessin de Lefred-Thouron, paru dans le Canard Enchainé.

On the RhĂ´ne again

vendredi 13 mars2015

Mise en page 1Trop facile : organiser un festival de BD Ă  Condrieu, c’Ă©tait le piège idĂ©al pour attirer certains dessinateurs incapables de rĂ©sister Ă  la promesse de rĂ©jouissances Ă  base de syrah et de viognier. Nous ne citerons que les plus familiers aux lecteurs de Glougueule : Jacques Ferrandez, Baru, Michel Tolmer seront ce week-end Ă  Condrieu pour le festival Vendanges Graphiques avec plein d’autres Ă  la volontĂ© certainement tout aussi dĂ©faillante face aux bouteilles rhodaniennes.

30 nuances de gros rouge

jeudi 5 mars2015

30 nuances le 1er de tous

Trente nuances de gros rouge de Philippe Quesnot (en anglais Thirty shades of big red by Phil K. Know), Ă  paraĂ®tre le 13 mars aux Editions de l’Épure (en mĂŞme temps que Tronches de vin N°2, l’excellentissime guide des blogueurs du vin) raconte la liaison torride d’une bouteille naĂŻve et soumise avec un richissime patron de supĂ©rette grassoise. Complètement fascinĂ©e par son charme d’homme mĂ»r, elle se laisse initier Ă  la sensualitĂ© jusqu’Ă  basculer dans des jeux de plus en plus dangereux. Elle finira par se faire percer le bouchon et liquider en quelques minutes. Loin de la niaiserie de la parodie qui en a Ă©tĂ© faite et adaptĂ©e au cinĂ©ma, ce livre contient de nombreuses scènes au contenu explicitement alcoolique qui vous suggèreront bien des bonnes idĂ©es pour pimenter votre vie de couple.

Trente nuances de gros rouge, Les Éditions de l’Épure, 136 pages, 12 €

Un communiqué en direct du Domaine Gramenon

samedi 28 février2015
Tchamitchian et son gros violon

Tchamitchian et son gros violon. On me dit qu’il s’agirait d’une contrebasse.

Il y a comme ça parfois dans la vie des demandes qui ne se discutent pas, d’autant plus que je viens de transmettre ma demande de rĂ©servation et que ce midi nous nous sommes entretenus en tĂŞte Ă  tĂŞte avec une MĂ©mĂ©, version 2003 de toute beautĂ©. Alors que voulez-vous je suis faible et puis j’aime ça. Voici donc en droite ligne de chez Gramenon une annonce officielle que nous nous faisons un plaisir de porter Ă  votre connaissance.

Les Vignerons Nouvelle Lune

Au Théâtre Golovine à Avignon le 4 mars de 16h à 22h

Nouvelle Lune le 11 mars en Avignon

lundi 4 mars2013

Michèle AubĂ©ry et Maxime Laurent vous invitent Ă  venir dĂ©guster les vins du collectif « La Nouvelle Lune », dans le cadre sublime de la Collection Lambert en Avignon.

Le Label Arena enfin reconnu par la C.E.

samedi 9 juillet2011

Dans le cadre d’une recherche permanente de la qualitĂ© optimale, Christophe Lorenzoni, crĂ©ateur de mobilier, s’est adjoint les services d’Antoine et Jean-Baptiste Arena. Le confort et la finition Ă©taient dĂ©jĂ  reconnus de tous, mais cela ne suffisait pas. Dans ce marchĂ© mondial, Christophe a compris que seuls ceux qui pousseraient Ă  l’extrĂŞme leur dĂ©sir d’une qualitĂ© absolue s’en sortiraient, il a profitĂ© du Salon de Chateau Moulin Pey Labrie pour faire tester ses meubles par les deux vignerons de Patrimonio. Ils ont mis dans cet exercice la mĂŞme exigence qu’ils mettent dans la rĂ©alisation de leurs vins.

Dès la fin du repas ils se sont installĂ©s, l’un dans le fauteuil suspendu, l’autre dans la chaise longue et ont entamĂ© une longue sĂ©ance d’Ă©tude approfondie, multipliant les positions, y compris les plus inconfortables. Alors que bien d’autres auraient trouvĂ© un prĂ©texte fallacieux pour abandonner cette tâche ingrate et reprendre en douce leur travail, ils n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  prolonger la sĂ©ance afin d’ĂŞtre certains des rĂ©sultats qu’ils avanceraient. Anxieux, Christophe attendait le verdict de leurs analyses. Ils notèrent un ou deux dĂ©tails d’Ă©lĂ©ments de confort Ă  amĂ©liorer ou modifier, telle la recommandation d’employer un velours plus dense Ă  la coupe plus longue pour le coussin appuie-tĂŞte afin de ne pas se blesser les joues quand on se tourne et la prĂ©conisation d’un arc de courbure de deux degrĂ©s infĂ©rieurs sur la pièce testĂ©e.

Un cahier des charges aux exigences si pointues ne pouvait rester longtemps inconnu des autoritĂ©s de Bruxelles. C’est pourquoi nous avons l’immense plaisir de vous annoncer en avant-première la reconnaissance du Label Arena par les instances europĂ©ennes. DorĂ©navant, lors de vos achats de mobilier de repos de grande qualitĂ©, vous devriez trouver apposĂ© Ă  cĂ´tĂ© du cĂ©lèbre C.E. une seconde Ă©tiquette avec le tampon « Arena’s tested » qui vous garantira un meuble indĂ©modable Ă  la finition irrĂ©prochable, fait pour vous durer toute la vie.

Christophe Lorenzoni – TĂ©l : 06 10 68 36 07

http://www.225litres.com/225_litres/Bien_le_bonjour_!.html

Salut, Piston!

lundi 22 novembre2010

Nos innombrables lecteurs le savent, GLOUGUEULE a toujours respectĂ© une dĂ©ontologie rigoureuse, un code moral  jansĂ©niste, voire mormon (obĂ©dience vieilles vignes). Inutile de le rappeler, notre code Ă©thylique parle pour nous, chez nous, seule la reconnaissance par le travail importe; pas de passe, encore moins de droite.  C’est pourquoi je peux, sans qu’aucune honte vienne ceindre mon front d’airain, vous recommander l’exceptionnelle exposition TOLMER qui se tiendra Ă  compter du vendredi 26 novembre Ă  18h Ă  Paris sur les murs du Bistrot Paul Bert.

Comment vous parler de Michel TOLMER sans bousculer ce petit corps qui renferme tant de modestie? Son immense carrière a dĂ©butĂ© au siècle dernier et ce nom brille au firmament de la peintitude française en ce XXIème naissant : TOLMER dont le nom n’est autre que la contraction de : Ă©TOiLe de MER,  ses yeux le poussant naturellement Ă  regarder ses pieds plutĂ´t que la voie lactĂ©e. Sa dernière tentative d’admirer les astres au petit matin d’un troisième vendredi de novembre l’ayant conduit tout droit aux urgences.

Mais TOLMER, c’est aussi l’anagramme de MERLOT, d’oĂą son attirance irrĂ©sistible pour le bordeaux, et surtout de MORTEL. Moi, humble esclave, je remercie les Dieux de l’avoir dotĂ© d’une santĂ© de fer, car je sens qu’il me faudra le moment venu l’accompagner dans l’eau de lĂ  si je veux ne pas lui avoir consacrĂ© mon existence en vin.

Et comme nous le dĂ©clare Vanessa, 15 ans, du collège Florent Pagny Ă  Vittefet-sur-Legase : « Les peintures de Michel, c’est juste mortel! »