Archive pour la catĂ©gorie ‘Michel Tolmer’

Mimi, Fifi & Glouglou – OcĂ©an de sagesse

mercredi 18 mai2016

MFG-127-1MFG-127-2MFG-127-3MFG-127-4MFG-127-5MFG-127-6MFG-127-7MFG-127-8

Le Very Nice Petit Salon des Vignerons Glougueule le 9 mai

mardi 12 avril2016

Alors que nous ne nous prĂŞtions mĂŞme pas vie au-delĂ  de la fin du deuxième millĂ©naire, voilĂ  que nous fĂŞtons cette annĂ©e nos dix ans d’existence. Quoi de mieux pour cĂ©lĂ©brer cette dĂ©cade fulgurante, oĂą nous avons habilement su Ă©viter les embuches d’un potentiel succès mondial, qu’une rĂ©union sous le soleil avec des amis vignerons. La place Ă©tant limitĂ©e, seuls vingt et un d’entre eux seront lĂ  pour l’occasion le lundi 9 mai Ă  partir de 11h dans les locaux du restaurant Mr. Caramel au 50 Bd Jean Jaurès Ă  Nice. ZoĂ©, la force vive de Glougueule et notre espoir pour nos vieux jours, a dessinĂ© l’affiche que vous pourrez vous arracher dès le lendemain sur le site au tarif habituellement dĂ©risoire de 15€.Petit Salon Glougueule-web

Mimi, Fifi & Glouglou – Complot

lundi 4 avril2016

MFG-128-1.MFG-128-2MFG-128-3MFG-128-4MFG-128-5MFG-128-6MFG-128-7

Mimi, Fifi & Glouglou – Cuisine au vin

jeudi 25 février2016
MFG-126-1MFG-126-2MFG-126-3MFG-126-4MFG-126-5MFG-126-6MFG-126-7MFG-126-8MFG-126-9MFG-126-10Histoire inspirée par Audrey B.

Mimi, Fifi & Glouglou mettent les voiles pour le Jura

lundi 15 février2016

Flyer Jura

Mimi, Fifi & Glouglou – Panique

jeudi 4 février2016

MFG-124-1MFG-124-2MFG-124-3MFG-124-4MFG-124-5MFG-124-6MFG-124-7 alter

L’Epure est angevine

mardi 26 janvier2016

L'Epure, les vrais, les durs copieHommes de Loire, femmes ligères, Angevines de poitrine, Angevins d’honneur, Peuple du schiste et du chenin, gagnants du grolleau, venez tous nous rejoindre, nous l’Épure et durs, vendredi 29 janvier Ă  partir de 19h au Pifomètre* Ă  Angers, oĂą nous vous attendons pour une soirĂ©e Ă  durĂ©e indĂ©terminĂ©e avec du vin, de l’encre, de la salive et j’arrĂŞte lĂ  la liste des fluides. Philippe Quesnot avec ses 30 nuances de gros rouge tout juste rĂ©Ă©ditĂ©es pour cause de triomphe, Eva Robineau et Antonin Iommi-Amunategui, deux auteurs de Tronches de vins 1 & 2, le guide qui est Ă  B…& D… ce que Musset est Ă  Musso et Michel Tolmer avec Mimi, Fifi & Glouglou 1 & 2 seront lĂ  en chair et en os (plus en os pour certains) pour vous dĂ©dicacer leurs ouvrages et vous expliquer ce qu’il faut penser de la densitĂ© de plantation du guidoulenc dans les terroirs de marnes grĂ©seuses.

Puis Philippe Quesnot et Michel Tolmer s’associeront dimanche 31 et lundi 1er avec la Dive au gratin des vignerons nature pour vous proposer Ă  nouveau leurs ouvrages et une sĂ©lection de t-shirts Glougueule. Cela se passera dans les caves Ackerman Ă  Saumur de 10h Ă  18h. Renseignements sur www.divebouteille.fr

Le Pifomètre 64 Rue Bressigny, 49100 Angers –  TĂ©lĂ©phone : 02 41 77 92 14

Mimi, Fifi & Glouglou – Avirons

lundi 11 janvier2016

MFG-125-1MFG-125-2MFG-125-3MFG-125-4MFG-125-5MFG-125-6MFG-125-7

Le Cadran Lunaire accueille les Durs de l’Épure le samedi 16 janvier

mercredi 6 janvier2016
Dédicace à la Librairie le Cadran Lunaire à Mâcon le samedi 16 janvier à partir de 14h30.

Librairie le Cadran Lunaire
27 rue Franche
71 000 Macon
TĂ©l. : 03 85 38 85 27

Antoinette et Jean-Marc de la Librairie le Cadran Lunaire Ă  Mâcon ont dĂ©cidĂ© d’attaquer très fort l’annĂ©e 2016 et, en consĂ©quence, d’inviter deux pointures incontournables du monde de l’Édition. Près de 500 parutions pour ce seul mois de janvier, mais qui inviter? Vers qui porter son choix? Quelles stars accepteraient? Après avoir cherchĂ© longtemps mais peu rĂ©flĂ©chi, leur choix s’est portĂ© sur nous. A vrai dire en premier lieu sur Michel, mais Michel est bon camarade, alors une fois le pied engagĂ© dans l’embrasure de la porte, je n’ai plus eu qu’Ă  la pousser et surjouer la surprise de l’invitĂ© malgrĂ© lui. Donc ce samedi 16 janvier nous irons dĂ©dicacer, porter la bonne parole en terre bourguignonne et Ă  l’occasion dispenser un de ces cours magistraux de dĂ©gustation qui ont fait notre renommĂ©e et affligĂ© nos amis vignerons et sommeliers.

Jean-Claude Pirotte – Quatre heures soupatoires

lundi 21 décembre2015

 » Une après-midi de fin d’hiver, Ă©blouissante et glaciale. J’ai traversĂ© la combe Lavaux, avec ses pans de rocher rouille et l’admirable pointe sèche de ses arbres nus, pĂ©trifiĂ©s par le givre. Sur les versants de la cĂ´te, des fumĂ©es s’Ă©levaient toutes droites des tas de sarments que brĂ»lent les vignerons. Le pays bas – c’est le nom que donnent Ă  la plaine de SaĂ´ne les gens d’ici – s’Ă©tendait jusqu’au revermont dans un scintillement presque douloureux. C’est la lumière d’une Bourgogne un peu sibĂ©rienne, quand le mercure du thermomètre, accrochĂ© dehors Ă  la porte du cellier, s’immobilise entre moins dix et moins quinze. On sait que cela ne peut durer, la sève dĂ©jĂ  frĂ©mit au cĹ“ur des ceps. C’est la saison d’explorer les combes, et de s’Ă©garer de la vallĂ©e de l’Ouche Ă  celle du Rhoin, parmi les mamelons et les escarpements de ce que, sur un ton de fiertĂ© malicieuse, l’homme de la cĂ´te appelle la montagne. Ă€ l’horizon, vers le nord, le relief Ă©vasĂ© du Plain de Suzanne exhale une brume très fine, comme une haleine de songe.

J’ai dĂ©passĂ© ChambĹ“uf, qui est un village mĂ©lancolique, parce que la vigne semble l’avoir oubliĂ©. J’Ă©voque la châtelaine de Vergy, ses amours trahies, et comme il suffit de rĂŞver pour que surgissent les lieux oĂą sont nĂ©es les lĂ©gendes, voici dressĂ©e devant moi la butte au sommet de laquelle cette amoureuse des premiers âges du roman se lamente encore, entre les ruines de son manoir dĂ©mantelĂ©. Ce n’est pas aujourd’hui, cependant, la belle châtelaine, « cele qui m’ert et compaigne et amie », que je vais rencontrer, mais la boulangère obèse aux yeux lourds qui tient boutique Ă  L’Étang-Vergy.

Une minutieuse sonnette grĂŞle tinte quand je pousse la porte. Il fait sombre, un poĂŞle gras de suie ronronne vaguement, sur le comptoir des verres sales moisissent, et les pains alignĂ©s sur une Ă©tagère ont un air de vieux tromblons. Ceci est une Ă©picerie-tabac-boulangerie-cafĂ©-salon de coiffure qui mĂ©rite un dĂ©tour d’un siècle. Je m’assieds sur une chaise boiteuse, les coudes entre les ronds de verres de la table. Il fait tout de mĂŞme un peu moins froid que dehors.

Un raclement de savates prĂ©historiques, et une voix plus rauque que celle d’Armstrong.

– Ce sera quoi ? Une omelette ?

J’ai rĂ©pondu d’accord, avec du vin bouchĂ©, si possible.

Une demi-heure de silence, ponctué par trois toussotements de fourneau.

Baveuse Ă  souhait, l’omelette. Et le vin, ah le vin ! Imaginez un velours d’un grenat subtilement moirĂ©, quelque chose de caressant et de robuste, une vision de beautĂ© lointaine et violente, eh bien oui, la châtelaine de Vergy, le bouquet de ses amours perdues, le souvenir d’un baiser pulpeux et secret, tout cela qui, je le confesse, tient de la poĂ©sie la moins digne d’estime, tout cela s’empare de moi dans cet estaminet sordide, et la boulangère-Ă©picière-coiffeuse, que je ne reconnais plus dans la pĂ©nombre, me chuchote Ă  l’oreille, d’une voix suavement rajeunie, que le philtre auquel je goĂ»te, c’est un morey des Monts luisants. « 

Jean-Claude Pirotte, Les contes bleus du vin, aux Ă©ditions Le temps qu’il fait